Philippe Doucet (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe Doucet.

Philippe Doucet, né à Vannes en 1962, est un journaliste sportif français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'ESC Rouen[1], sa passion du sport et de l'écriture le poussent vers le journalisme sportif. Il débute en 1986 dans le journal Golf Magazine. En 1987, il entre au quotidien sportif Le Sport lancé par Xavier Couture et Jérôme Bureau. L'aventure ne durera qu'un an jusqu'à la suppression du quotidien.

En 1989, Charles Bietry l'engage sur Canal+[2]. D'abord commentateur de football dans le rôle de consultant, à partir de 1999, il se spécialise ensuite dans les outils d'analyse du football, devenant le « troisième homme » de Thierry Gilardi[2]. Dont les statistiques qu'il commente lors du grand match de Ligue 1 sur Canal et dans Les Spécialistes. Il est surtout connu pour avoir créé et développé la « Palette à Doudouce » (palette graphique pour analyser le jeu) sur Canal+[3],[4],[5]. Il a aussi commenté le tennis et les JO (escrime) sur Canal+. Il couvre aussi, depuis 1992, la coupe d'Afrique des nations de football sur Canal+ Afrique. Et présente l'émission « Talents d'Afrique ». Il est à l'origine de la création de l'émission « Data Room » sur Canal+ Sport[2].

Entre 2002 et 2003, il est président du club de football du SCO d'Angers[6],[7].

Il est membre du Comité scientifique du sport et expert auprès de la commission des Compétitions à la LFP[2]. Proposant formations (journalisme, communication, media training) et animations (conférence, séminaires), il a créé sa société « La Palette à Doudouce »[8]. Il travaille également en radio et en presse écrite.

Récompense[modifier | modifier le code]

En 2007, il reçoit le Prix du commentateur sportif décerné par l'association des écrivains sportifs. Ce prix est décerné à un journaliste, professionnel, commentateur audiovisuel, aux connaissances et au jugement appréciés qui, dans ses interventions sur le sport, se sera exprimé avec le souci constant de respecter les règles de la langue française[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nos bonnes étoiles : Média », Rouen Magazine, no 286,‎ 25 avril au 9 mai 2008, p. 2 (lire en ligne).
  2. a, b, c et d Emmanuel Bocquet, « « On est parfois dans l’overdose de stats » », Onze Mondial, no 300,‎ janvier/février/mars 2016, p. 14 à 18.
  3. Claude Baudry, « Plateau télé. La palette à Doudouce. », L'Humanité, (consulté le 17 février 2018).
  4. Laurent Chignaguet, « Canal + lance sa nouvelle palette avec Philippe Doucet », Le Figaro - TV Magazine, (consulté le 17 février 2018).
  5. Farid Zouaoui, « La palette de Canal + passe en 3D », Le Parisien, (consulté le 17 février 2018).
  6. Rachel Pretti, « Angers, c'est rayé : Le club angevin, qui a retrouvé l'élite après vingt et un ans de disette, évolue avec un maillot choisi par ses supporters. Et cela réussit bien au SCO, actuel troisième de Ligue 1 et toujours invaincu après trois journée », L'Équipe,‎ .
  7. Philippe Doucet, « Contre favorable : Le journaliste de Canal+, ancien président du SCO d'Angers, a souhaité répondre à la Tribune des lecteurs d'Hydresec, "Maudite trinité". », Les Cahiers du Football, (consulté le 17 février 2018).
  8. « Philippe Doucet créé PAD », sur sportstrategies.com, (consulté le 17 février 2018).
  9. « Prix du commentateur sportif », sur ecrivains-sportifs.fr, Association des écrivains sportifs (consulté le 4 mai 2017)