Peste de l'étain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vue rapprochée d'une pièce comportant des taches grises foncées d'étain α.
Pièce affectée par la peste de l'étain.

La peste de l'étain est une transformation allotropique touchant l'étain.

Transformation[modifier | modifier le code]

Billes brillantes (forme β) et mates (forme α) d'étain.
Étain β (à gauche) et étain α (à droite).

À température et pression ambiante, l'étain existe sous une forme dite β (étain blanc) qui possède un système cristallin tétragonal. Cependant, en dessous de 13,2 °C, cette forme devient instable et se transforme en étain α (étain gris), avec un système cristallin cubique. Cette réaction est appelée peste de l'étain. Elle est relativement lente à température modérée mais devient rapide vers −40 °C et s'accompagne d'une diminution de la masse volumique de l'étain, passant d'environ 7,29 g.cm-3 pour la forme β à environ 5,77 g.cm-3 pour la forme α, et d'un changement de couleur, du blanc au gris. Le changement de densité s'accompagne d'une augmentation de volume et d'une fragilisation de l'étain, qui tend à se réduire en poudre. La présence d'impuretés d'aluminium, d'antimoine, de bismuth ou de zinc ralentissent ou empêchent la réaction[1].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La peste de l'étain complique la conservation d'objets contenant de l'étain qui, une fois touchés par la transformation, ne peuvent être traités[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. J. Smith, Chemistry of Tin, Springer Science & Business Media, , 2e éd., 578 p. (ISBN 978-94-011-4938-9 et 94-011-4938-0, lire en ligne), p. 3-5.
  2. (en) Ivan De Ryck, Evelien Van Biezen, Karen Leyssens et Annemie Adriaens, « Study of tin corrosion: the influence of alloying elements », Journal of Cultural Heritage, vol. 5, no 2,‎ , p. 189–195 (DOI 10.1016/j.culher.2003.10.002, lire en ligne, consulté le 5 avril 2017).