Pelargonium zonale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pelargonium zonale est une espèce de Pelargonium de la famille des Geraniaceae, croissant à l'état sauvage au sud et à l'est de l'Afrique du Sud.

C'est un des ancêtres de la lignée d'hybrides, nommée Groupe zonal, constituée de pélargoniums horticoles à feuilles zonées, communément utilisés pour les potées sur le bord des fenêtres et les terrasses. Dans la langue commune, ces hybrides sont généralement nommés « géraniums » des fleuristes ou « géraniums zonés ».

Étymologie et histoire[modifier | modifier le code]

Le nom générique Pelargonium, en latin scientifique, dérive du grec pelargós (πελαργός), désignant la cigogne, la forme de leur fruit évoquant le bec de l'échassier[1]. L'épithète spécifique zonale est la forme fléchie neutre du latin zonalis « relatif à la zone », en référence à la zone brune sur la feuille.

Le Pelargonium zonale fut collecté par Hendrik Oldenland durant l'année 1689 au col de Meiringspoort[2]. Il fut envoyé en Europe et notamment à la duchesse de Beaufort en Angleterre.

L'espèce a été décrite par le botaniste hollandais Jan Commelijn (1629-1692) et illustrée par une aquarelle de Maria Moninckx dans le Jardin médicinal d'Amsterdam Horti medici Amstelodamensis[3].

Description[modifier | modifier le code]

Pelargonium zonale est à l'état sauvage un sous-arbrisseau d'environ 1 m de haut[4], mais pouvant aussi ramper sur le sol. Les tiges semi-succulentes se lignifient en vieillissant[5].

Les feuilles sont cordiformes, à marge crénelée, en général traversées par une bande annulaire brune, de 2 à 8 cm de diamètre. Le pétiole fait environ 5 cm et les stipules sont assez grandes et membraneuses.

L'inflorescence est une pseudo-ombelle, portant jusqu'à 50 fleurs. Celles-ci sont généralement rose pale, parfois blanches ou rouges. Les pétales oblancéolées, veinés de trainées sombres, sont plus ou moins de tailles semblables, les 2 supérieurs érigés, les 3 inférieurs étalés. Il y a 7 étamines fertiles et 2 très courtes.

En Afrique du Sud, la floraison se fait toute l'année, avec un pic au printemps[5] (septembre-octobre dans l'hémisphère sud).

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce croît de l'est à l'ouest de la Province du Cap[6], dans le KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud.

Hybridation[modifier | modifier le code]

Géraniums des fleuristes du groupe zonal. C'est un hybride, nommé Pelargonum ×hortorum

Le Pelargonium zonale est impliqué, avec d'autres espèces, dans la dérivation de l'abondante lignée d'hybrides, connue sous le nom de « Groupe zonal des pélargoniums », ou Pelargonium ×hortorum. Très malencontreusement, ce genre de cultivar est habituellement désigné comme « géranium zonal(e) », au risque d'une confusion avec l'espèce sauvage.

En effet, sur le plan botanique, il faut distinguer les « pélargoniums hybrides à feuilles zonées » (ou groupe zonal) de l'espèce sauvage, actuellement nommée Pelargonium zonale ou du temps de Linné Geranium zonale[7].

Ainsi, la série des Scarlet s'obtient par des fécondations opérées sur P. zonale, à l'aide pollen récolté soit sur d'autres variétés de cette même espèce soit sur les espèces différentes mais voisines[8]. La variété François Desbois comporte des fleurs avec un petit disque rayonnant sur un fond blanc.

Synonyme[modifier | modifier le code]

D'après Tropicos[9]:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. CNRTL
  2. Collectif, Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Afrique du Sud 2012-2013 (avec cartes et avis des lecteurs), Petit Futé, (ISBN 978-2-7469-5910-1 et 2-7469-5910-0)
  3. (en) D. O. Wijnands, The Botany of the Commelins, CRC Press, , 277 p. (ISBN 978-90-6191-262-0, lire en ligne)
  4. (en) Diana Miller, Pelargoniums : A Gardener's Guide to the Species and Their Hybrids and Cultivars, Portland, OR, Timber Press, Incorporated, , 1re éd., 175 p. (ISBN 978-0-88192-363-6)
  5. a et b (en) Ebrahim Lawrence, « Pelargonium zonale L'Hér. », PlantZAfrica.com, South African National Biodiversity Institute,
  6. (en) Diana M. Miller, « The taxonomy of Pelargonium species and cultivars, their origins and growth in the wild », dans Maria Lis-Balchin (ed.), GERANIUM AND PELARGONIUM, the genera Geranium and Pelargonium, CRC Press,
  7. Référence Biodiversity Heritage Library : 358699#page/120
  8. Fr Desbois, « Pelargonium zonale », Flore des serres et des jardins de l'Europe, ou Descriptions et figures des plantes les plus rares et les plus meritantes, vol. IV,‎ , p. 1444 (lire en ligne)
  9. (en) Référence Tropicos : Pelargonium zonale (L.) L'Hér. (+ liste sous-taxons)