Paul Vimond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Vimond, né le à La Meurdraquière (Manche) et mort le , est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève au lycée Lebrun de Coutances, puis à l'École régionale d'architecture de Rennes, il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts dans l'atelier d'Auguste Perret entre 1942 et 1949. Il est diplômé en 1948 et obtient le 1er Grand prix de Rome en 1949 ce qui lui vaut d'être pensionnaire de la Villa Médicis entre 1950 et 1953. Pendant son séjour à Rome, il participe aux travaux de fouilles sur le tombeau de saint Pierre.

Il devient architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux en 1954 et architecte pour l'Assemblée de l'Union Française en 1956.

Élève et collaborateur d’Auguste Perret, Architecte 1er Grand Prix de Rome 1949 et Urbaniste, né près de Gavray à La Meurdraquière en 1922, fait partie de l’histoire des Grands Architectes « Bâtisseurs » du vingtième siècle, en ayant au sortir de la guerre, participé activement, à l’aventure du bâtiment et de l’aménagement du territoire.

La diversité des programmes abordés, l’originalité des réponses architecturales produites, l’intemporalité de ses réalisations, ont été, au-delà du geste de l’Architecte construisant son œuvre, garant de la dimension économique exercée par son impact sur le développement dans le département de la Manche et la région de Basse Normandie, ainsi qu’au plan national et parfois international, et de son rôle social, poétique, artistique et humain.

De son retour de Rome aux années 1990, la dimension humaine et économique de son travail s’est exprimée de manière exemplaire, par son apport dans le domaine de constructions et d’aménagements de toutes natures dans tous secteurs d’activités pour les plus grands ministères, dans soixante douze départements français, à l’étranger dans le cadre de la politique d’exportation de l’architecture prestigieuse française dans les pays du Moyen-Orient pour les grands ministères tels les Postes et Télécommunications, ou bien au hasard d’études ponctuelles d’urbanisme, comme pour certains pays d’Afrique.

Son agence constituée d’une cinquantaine de collaborateurs, implantée à Paris et de 1971 à 1981 à Coutances, était une entreprise de création et de recherche très structurée, au sein ou autour de laquelle ont gravité quantité d’acteurs du bâtiment, architectes collaborateurs, associés ou d’opérations, projeteurs, dessinateurs, maquettistes, économistes, bureaux d’étude, entrepreneurs, techniciens et ouvriers, par centaines.

Le nombre et la qualité reconnue des réalisations de Paul Vimond et des membres de son atelier sont impressionnants, millions de mètres carrés construits, centaines d’opérations, coûts de travaux faramineux, de références multiples,

En France : Réaménagement et extension du Palais d’Iéna à PARIS pour le siège de l’Union Française, du Conseil économique et social, et de l’Union d’Europe Occidentale, construction de 4 600 m2 pour le siège de l’OCDE (ONU économique) à PARIS, de l’école de médecine et CHU de NICE, d’instituts universitaires, lycées, collèges, hôpitaux, instituts médico-éducatifs, maisons de retraite, centres sociaux, théâtres (exemple Coutances), maisons de culture, grands ensembles commerciaux, restauponts sur autoroutes, ensembles touristiques, équipements sportifs, bureaux, postes et centres de tri, bâtiments industriels et d’activités (centrale de retraitement du plutonium au cap de La Hague), châteaux d’eau, logements collectifs (1500 à Cherbourg, 4000 dans la ZUP d’Octeville), églises, … À l’étranger : Construction du siège de l’OTAN en Belgique, 160 000 m2 de complexes postaux en Arabie saoudite à Ryad, Djeddah et Dammam, projets et références de tout ordre au Moyen-Orient et en Afrique, Libye, Koweït, Qatar, Congo, Zaïre, pour la construction de foyers d’animation culturelle, centres de production de télévision, banque franco saoudienne, urbanisme au Zaïre pour une ville nouvelle de 15 000 familles.

Homme à la personnalité marquée et dont l’œuvre à honoré l’architecture française, aux qualités d’humanisme auxquelles se sont ajoutés ses capacités de technicien et sa foi dans le rôle de l’architecte au sein de la société, très attaché et fidèle à sa région natale, Paul Vimond est mort en janvier 1998 à Coutances, au terme d’un demi siècle d’activité.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Bâtiments civils et palais nationaux
Constructions scolaires, universitaires et sportives
  • Lycées (lycée français de Bruxelles ; lycées de Montbéliard, Le Havre, Saint Lô, Cherbourg, Sablé sur Sarthe, L'Aigle, Louviers)
  • Une trentaine de collèges, CES, CET dans toute la France
  • IUT de Montpellier, Besançon, Toulon, Troyes, Nice, Paris- Orsay
  • École de Médecine de Nice
Bâtiments administratifs, sociaux, hospitaliers
  • Extension et rénovation de bâtiments et centres hospitaliers; (Nice, Coutances, Ville Evrard)
Édifices cultuels
Édifices culturels
  • Théâtre et centre des congrès d'Avranches
  • Théâtre de Coutances
  • Maison des Jeunes et de la Culture de Cherbourg
Autres

Honneurs[modifier | modifier le code]

Paul Vimond avait reçu les Palmes Académiques, était chevalier de la Légion d'honneur, Chevalier des Arts et lettres, Meilleur Ouvrier de France Honoris Causa pour sa participation régulière à l'organisation des expositions des M.O.F.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henri Guilbert, « In memoriam : Paul Vimond », Bulletin 1999 de l'Association des anciens élèves du lycée de Coutances.
  • Michèle Latrille-Vimond, fille aînée de Paul Vimond - Archives familiales et coupures de presse.
  • Bernard Vimond, fils cadet de Paul Vimond, architecte DPLG, article écrit pour le "Dictionnaire des Personnages Remarquables de la Manche" tome 4, textes et recherches sous la direction de René Gautier, Éditions Rééditions du Patrimoine Normand - Eurocibles - 50570 Marigny