Paul Pascal (peintre français)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Ne pas confondre avec le peintre Paul Pascal né en 1867
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Pascal.
Paul Pascal
Naissance
1832 ou 1839
Toulouse
Décès
1903 ou 1905
Québec ou Washington
Nationalité
Français
Activité
Formation
Mouvement

Paul Pascal, né en 1832 ou en 1839 à Toulouse et mort en 1903 ou en 1905 à Québec au Canada ou à Washington, est un peintre paysagiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Pascal est né en 1832[1]ou en 1839[2],[3] à Toulouse.

Paul Pascal a étudié à l'école des beaux-arts à Madrid[1]. Il passe sa jeunesse en Afrique du nord[2]. Dans les années 1870 il est peintre décorateur à Toulouse[2]. Il a exposé au Salon de Paris de 1876 à 1880[1]. Il est spécialisé dans les vues d'Orient qu'il traite exclusivement à la gouache[2].

Il est mort à Québec en 1903[1] ou en 1905[4] ou en 1905 à Washington[2],[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Barques de l'étang de Thau, souvenir de Cette[5]
  • Rivage de la Méditerranée, souvenir de Cette[5]
  • Souvenir de Côte-Butteronde[5]
  • Les Marais de la Leyde[5]
  • Souvenir de la plage de Soulac-les-Bains[5]
  • Souvenir de la plage de Montalivet[5]
  • Rendez-vous des pêcheurs, souvenir de Nice[5]
  • Un campement aux ruines de Palmyre[5]
  • Étang de Thau, près de Sète[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Paul Pascal », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, (ISBN 9780199773787)
  2. a b c d e et f « Un hommage à Paul Pascal », sur ladepeche.fr, (consulté le 7 mai 2017).
  3. a et b « Exposition : Paul Pascal, mémoires vagabondes (Toulouse, 1839 - Washington 1905) », sur musees-midi-pyrenees.fr (consulté le 7 mai 2017).
  4. Gérald Schurr, 1820-1920, les petits maîtres de la peinture: valeur de demain, Éditions de l'Amateur, , 1328 p. (lire en ligne), p. 34
  5. a b c d e f g h et i Bellier et Auvray, t. 2 (lire en ligne), p. 211-212