Pascal Pujol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pascal Pujol
Description de cette image, également commentée ci-après
Professeur Pascal Pujol photographié le 15 décembre 2017 au CHU de Montpellier (Hôpital Arnaud de Villeneuve) http://sfmpp.org/
Naissance (55 ans)
Montpellier (Occitanie, France)
Nationalité
Pays de résidence France
Profession
Activité principale

Pascal Pujol est un médecin généticien spécialisé en cancérologie. Il est Professeur des universités-praticien hospitalier à l'Université de Montpellier (Faculté de Médecine) et chef du service d’oncogénétique du CHU de Montpellier. Il est co-auteur de nombreuses publications internationales et a coordonné au niveau national deux essais thérapeutiques. Il est le président de la Société française de médecine prédictive et personnalisée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascal Pujol né le 29/07/1964 à Montpellier est un médecin généticien spécialisé en cancérologie[1]. Il est professeur de médecine à la faculté de médecine de Montpellier et chef du service d’oncogénétique[2] du CHU de Montpellier. Il est l’actuel président[3] de la Société française de médecine prédictive et personnalisée[4]. Il a été directeur-adjoint de l'UFR de médecine de Montpellier. Il est co-auteur de plus de cent publications internationales de recherche.

Carrière médicale et scientifique[modifier | modifier le code]

Pascal Pujol est né et a fait ses études médicales à Montpellier (Lauréat de la faculté 1990). Il a été reçu aux concours de l’internat des hôpitaux de Paris, Montpellier et de Bordeaux en 1988. Il s’est orienté vers la génétique et la cancérologie. Il devient docteur en médecine en 1992. Il réalise une thèse de sciences dans le domaine de la génétique et de l’hormonodépendance des cancers aux États-Unis (Université du Texas à San Antonio, 1992-93)[5].

À l’issue de son parcours scientifique, il prend les fonctions de chef de clinique et d’assistant des hôpitaux, puis de maître de conférence des universités et praticien hospitalier en 1998. Il est nommé professeur des universités en 2004. Depuis 1996, il conduit des travaux de recherches dans différentes unités INSERM (148, 531, 896). Il est co-auteur de plus de 100 publications internationales[6] et a coordonné au niveau national deux essais thérapeutiques[7],[8]. Il est expert de l’INCa dans le domaine de la prévention du cancer depuis 2003[9] et a participé à des réunions d’expertise à l’agence de la biomédecine. Dans le cadre d’un partenariat entre le CHU de Montpellier et le GCS Hauts-de-Seine, soutenu par l’Institut national du cancer (INCa), il est consultant en oncogénétique au centre d’oncologie Hartmann[10].

Fonctions et responsabilités[modifier | modifier le code]

  • Président de la Société française de médecine prédictive et personnalisée[11],[12]
  • Directeur-adjoint de l'UFR médecine (2012/2017)
  • Président de l’association BRCA France[13]
  • Expert auprès des tribunaux
  • Membre élu du conseil de l’UFR médecine

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Plus de 120 publications référencées Pubmed[6]
  • Livre grand public : «  Question(s) cancer »[15] paru en octobre 2010 aux éditions Acte Sud, écrit à 6 mains avec Henri Pujol et Jean-Louis Pujol[16]
  • Livre grand public : «  Voulez-vous savoir? Ce que nos gènes disent de notre santé »[17] paru en août 2019[18] aux éditions humenSciences, avec la collaboration de Benjamin Peylet

La SFMPP[modifier | modifier le code]

La Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP)[19] a été créée en 2014 par un collège de médecins issus du monde universitaire, dont fait partie Pascal Pujol, pour répondre à des questions médicales et transversales dans le contexte d’une médecine prédictive et personnalisée en plein essor. Cette société a pour but d’associer une réflexion éthique et médicale concernant l’innovation en médecine prédictive et personnalisée et a déjà été saisie pour des réunions d’expertise par l’INCa et l’HAS. La volonté de la SFMPP est de répondre de façon multidisciplinaire et sociétale aux questions que pose cette nouvelle approche de la médecine en intégrant les dimensions éthiques et économiques. La SFMPP a notamment pris position sur le dépistage prénatal non invasif de la trisomie 21 en 2016[20],[21],l’extension des indications d’analyse BRCA1 et BRCA2[22](3), l’utilisation des signatures génomiques[23],[24] et a élaboré des recommandations cliniques pour les données secondaires du génome[25](5).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un médecin montpelliérain à l’assaut du Mont-Blanc avec sa patiente atteinte d’un cancer du sein », france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018)
  2. « Oncogénétique - CHU de Montpellier », sur www.chu-montpellier.fr (consulté le 24 février 2018)
  3. « Pascal Pujol - SFMPP », SFMPP,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2018)
  4. « Médecine génomique : faut-il accepter de prédire les maladies ? », leparisien.fr,‎ 2017-06-24cest12:53:59+02:00 (lire en ligne, consulté le 27 février 2018)
  5. « Etude d'un nouveau mécanisme épigénétique d'inactivation de p53 par une protéine adénovirale et son implication dans la création d'un virus oncolytique », sur www.theses.fr (consulté le 26 février 2018)
  6. a et b pubmeddev, « Error encountered - PubMed - NCBI » (consulté le 22 février 2018)
  7. « UNICANCER - Exemestane for primary prevention of breast cancer in postmenopausal women: NCIC CTG MAP.3—A randomized, placebo-controlled clinical trial. », sur www.unicancer.fr (consulté le 26 février 2018)
  8. « UNICANCER - Les études UCBG », sur www.unicancer.fr (consulté le 26 février 2018)
  9. Institut National Du Cancer, « Cancer de l’ovaire et inhibiteur de PARP - Oncogénétique | Institut National Du Cancer », sur www.e-cancer.fr (consulté le 26 février 2018)
  10. « L'équipe - Hartmann Oncology Radiotherapy Group », Hartmann Oncology Radiotherapy Group,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018)
  11. « SFMPP - Société française de médecine prédictive et personnalisée », sur SFMPP (consulté le 22 février 2018)
  12. « Risque génétique: le médecin doit-il tout dire? », sante.lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018)
  13. « Association BRCA France », sur BRCA France, cancer du sein et hérédité (consulté le 22 février 2018)
  14. « Google Scholar », sur scholar.google.fr (consulté le 22 février 2018)
  15. « Question(s) Cancer | Actes Sud », sur www.actes-sud.fr (consulté le 22 février 2018)
  16. Aurélie Jacques, « Le clan des blouses blanches », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018)
  17. « humenSciences », sur humensciences.com, (consulté le 28 août 2019)
  18. « Le Parisien », sur leparisien.fr, (consulté le 29 août 2019)
  19. « Médecine génomique : faut-il accepter de prédire les maladies ? », leparisien.fr,‎ 2017-06-24cest12:53:59+02:00 (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  20. « Dépistage de la trisomie: appel à la fin de l'amniocentèse », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 février 2018)
  21. « Trisomie 21 : un simple test sanguin pourrait bientôt remplacer l’amniocentèse », Femme Actuelle,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018)
  22. « Le mot du président », sur sfmpp.org, (consulté le 22 février 2018)
  23. « Signatures génomiques : vers un remboursement ? - SFMPP », SFMPP,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  24. « Oncologie : comment la SFMPP âgit contre le cancer ? - SFMPP », SFMPP,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018)
  25. « Recommandations de la SFMPP sur les données génétiques «incidentales» - Actu - SFMPP », SFMPP,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]