Pascal Descamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pascal Descamps, né en 1973, est un compositeur et pianiste français, auteur d’ouvrages lyriques et classiques autant que de musique actuelle.

Pascal Descamps
Description de cette image, également commentée ci-après
Pascal Descamps
Informations générales
Naissance (44ans)
Genre musical

Classique

Pop
Site officiel http://pascal-descamps.com/officiel/

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1973, Pascal Descamps est un compositeur français. Pianiste de formation, il décroche d’abord un premier prix d’excellence au concours national Madeleine de Valmalète, puis aborde le répertoire lyrique en tant que pianiste accompagnateur du Chœur de l'Armée française et en tant qu’artiste lyrique.

Après la parution au disque de deux albums (Orlando Road, 2003 et Tout est si calme…, 2005), il entame un cycle de musique sacrée avec la création d’une messe intitulée Rivages[1], puis d’un Pater Noster, d’un Ave Maria, d’un Ave Verum Corpus… En 2014, le succès que rencontre la création de son Requiem[2],[3] en la cathédrale Saint-Louis de Hôtel des Invalides précède l’édition de cette œuvre aux Éditions Durand-Salabert-Eschig[4] (Universal music). Auteur de nombreuses autres œuvres sacrées ou profanes (Les Poèmes étoilés, 2016, sont écrits pour être créés en l'Église Saint-Pierre de Firminy du domaine architectural Le Corbusier classé au patrimoine mondial de l’UNESCO [5],[6] ), Pascal Descamps est aussi auteur de comédies musicales (Marvin, 2018[7],[8]), de musique lyrique (Odyssée, grande fresque symphonique) ou instrumentale.

Esthétique[modifier | modifier le code]

Pascal Descamps fait adopter nombre de formes différentes à sa musique (formes d'oratorios, pièces pour chœurs et percussions, comédies musicales...), mais celle-ci se construit aussi dans un retour à l’écriture tonale, poussant l’harmonie et la puissance de la mélodie à leur degré le plus haut de sens, de poésie et de rhétorique[9]. Convaincu qu’une seule musique existe : celle de l’émotion, de l’ordre du perceptible et du sensoriel ; le compositeur mêle habilement les influences diverses que son parcours a imprimé en lui entre lyrisme vertigineux tant il y exalte les voix – il sait s’entourer de solistes touchants de véracité dans les œuvres de sa main (à l’exemple de la soprano Dominique Magloire[10] à qui il dédie son Pater Noster) – et pop émouvante de simplicité et d’humanité (Marvin, sa première comédie musicale, s’appuie sur son expérience de jeune auteur-compositeur tentant sa chance à Paris). Ainsi, la capacité d’un compositeur d’aujourd’hui à construire une musique imprégnée d’une telle importance donnée aux thèmes, au sensoriel plus qu’au cognitif, au texte musical dans toute sa dimension narrative, fait de lui un artiste définitivement tourné vers l’humain, tourné vers le XXIe siècle[11].[Information douteuse] [?]

Échantillon du catalogue des œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvre classique[modifier | modifier le code]

  • Rivages : Messe en ut mineur pour solistes, chœur, orchestre et orgue, 2011
  • Requiem : pour Solistes, chœur, orchestre et orgue, 2013
  • Pater noster : pour Soprano, chœur et orchestre, 2012
  • Ave Verum corpus : pour Mezzo-Soprano, chœur et orchestre, 2014
  • The Silver Swan : pour Soprano (ou chanteuse pop ad. lib.), chœur et orchestre, 2016
  • Poèmes étoilés : pour chœurs, grosse caisse et cordes ad lib, 2016

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Orlando Road (onze titres) 2003
  • Tout est si calme... (onze titres) 2005

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

  • Marvin : pour 8 solistes, rôles secondaires, chœur, claviers, guitare, guitare basse et percussions, 2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. NIKO RODAMEL, « Rivages 2, la messe est (re)dite », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  2. FLORENCE BARNOLA, « Pascal Descamps, l'enchanteur », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  3. NICOLAS BROS, « Requiem for a dream », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  4. ALAIN KOENIG, « Descamps, Pascal | Durand Salabert Eschig », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  5. NIKO RODAMEL, « Les voix lactées du Corbusier », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  6. NIKO RODAMEL, « Un peu plus près des étoiles », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  7. NIKO RODAMEL, « Dans l'ombre des paillettes », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  8. « Pascal Descamps », sur www.loire.fr (consulté le 10 avril 2018)
  9. (en) PASCAL DESCAMPS, « Descamps, Pascal | Durand Salabert Eschig », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  10. NIKO RODAMEL, « Rivages 2, la messe est (re)dite », Le petit bulletin,‎ (lire en ligne)
  11. Florence Barnola, « Montbrison : Pascal Descamps convie à un divin repos », L'Essor Loire,‎ (lire en ligne)