Grande structure en pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Palais de David)
Aller à : navigation, rechercher
Grande structure en pierre
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 31° 46′ 27″ nord, 35° 14′ 09″ est

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Grande structure en pierre
Grande structure en pierre

La Grande structure en pierre est le nom donné aux restes d'un bâtiment de la Cité de David, au sud de vieille ville de Jérusalem. Ce nom fut donné par le découvreur Eilat Mazar à cause de sa proximité avec la « structure en pierre à degré » que Yigal Shiloh voyait comme un mur de soutènement du palais du roi David ou une partie de la citadelle jébuséenne qu'il avait conquise.

Dans les textes[modifier | modifier le code]

Dans la Bible[modifier | modifier le code]

Dans le second livre de Samuel, au cinquième chapitre, la Bible raconte comment David conquiert Jérusalem et y bâtit son palais.

« Le roi marcha avec ses gens sur Jérusalem contre les Jébuséens, habitants du pays. Ils dirent à David : Tu n'entreras point ici, car les aveugles mêmes et les boiteux te repousseront ! Ce qui voulait dire : David n'entrera point ici. Mais David s'empara de la forteresse de Sion : c'est la cité de David. David avait dit en ce jour : Quiconque battra les Jébuséens et atteindra le canal, quiconque frappera ces boiteux et ces aveugles qui sont les ennemis de David... -C'est pourquoi l'on dit : L'aveugle et le boiteux n'entreront point dans la maison. David s'établit dans la forteresse, qu'il appela cité de David. Il fit de tous côtés des constructions, en dehors et en dedans du Millo. David devenait de plus en plus grand, et l'Éternel, le Dieu des armées, était avec lui. Hiram, roi de Tyr, envoya des messagers à David, et du bois de cèdre, et des charpentiers et des tailleurs de pierres, qui bâtirent une maison pour David. »

Dans le premier Premier livre des Chroniques, chapitre 14 : Hiram, roi de Tyr, envoya des messagers à David, et du bois de cèdre, et des tailleurs de pierres et des charpentiers, pour lui bâtir une maison.

Données archéologiques[modifier | modifier le code]

La campagne[modifier | modifier le code]

La fouille a été commanditée par le Shalem Center (en), un institut de recherche de tendance sioniste de droite[1] à laquelle appartient l'archéologue israélienne Eilat Mazar.

Eilat Mazar annonce sa découverte le . Des rapports préliminaires des fouilles sont publiés en 2007 et 2009. À ce jour il n'y a pas encore de publication professionnelle. Les fouilles ont été financées sur fonds privés par le Shalem center (particulièrement par un de ses membres Roger Hertog), et par la City of David Foundation, ayant pour objectif de prouver la fiabilité de la Bible en tant que document historique. Eilat Mazar pense qu'il s'agit là des ruines du « palais du roi David » tel qu'il est décrit dans le livre de Samuel. Cette affirmation sert d'argument aux archéologues minimalistes pour critiquer l'identification de la structure avec le palais du roi David, cette conclusion étant celle qui était recherchée au départ.

Cette découverte n'a été validée dans aucune revue professionnelle à comité de lecture. Si le nom "Palais de David" a connu un large succès dans les médias pour qualifier le bâtiment mis au jour, ce terme n'a pas été repris dans une revue professionnelle.

Découverte[modifier | modifier le code]

En 1997, Eilat Mazar cherche à trouver le palais de David; elle pense que les fouilles entreprises jusqu'alors ne sont pas faites au bon endroit. Jusqu'à présent, celles-ci se limitaient à la Cité de David, de quatre hectares et demi, installées dans les murs de l'ancienne cité jébuséenne.

Eilat Mazar s'appuie alors sur le passage biblique suivant, dans le second livre de Samuel :

  • 5:17 Les Philistins apprirent qu'on avait oint David pour roi sur Israël, et ils montèrent tous à sa recherche. David, qui en fut informé, descendit à la forteresse.

Pour elle, ce passage suppose que le palais (d'où David descend) se trouve plus haut que la forteresse. "Je me suis toujours demandée, dit Eilat Mazar, d'où descendait-il ? Ce devait être de son palais au sommet de la hauteur, à l'extérieur de la cité jébuséenne originelle". Puisque le seul secteur où l'altitude est plus élevée qu'Ophel, dans la partie la plus ancienne de Jérusalem, est juste à son nord, c'est à cet endroit qu'elle choisit de creuser en février 2005. Environ 2 mètres sous la surface des objets façonnés de la période byzantine du IVe au VIe siècle ap. J.-C. comprenant un plancher bien préservé de mosaïque. Sous ce dernier, elle a trouvé des objets datant de la période du Second Temple.

Finalement, sous ces derniers, elle a trouvé les grandes bases d'une importante structure, une section de mur très large, courant d'ouest en est sur une longueur d'environ 30 mètres et se terminant en un angle tournant vers le sud.

"L'édifice que nous avons mis au jour est une construction complexe qui a dû coûter une fortune. Quant aux dates, elles concordent, dit Eilat Mazar. C'est bien le genre d'entreprise que l'on est en droit d'attendre d'un nouveau souverain qui veut faire de la ville qu'il a conquise sa résidence permanente, et pour laquelle il nourrit des projets ambitieux de développement."

On retrouve dans la poussière entre les pierres des poteries datant du XIe siècle.

Une trouvaille remarquable à cet emplacement est le sceau d'un fonctionnaire de gouvernement nommé « Jehucal, fils de Shelemiah, fils de Shevi ». Cette personne est mentionnée deux foi) dans le livre de Jérémie qui vraisemblablement a vécu vers la fin du VIIe siècle av. J.-C.. Ce qui fait dire à Mazar que cette structure fut habitée jusqu'à la destruction du premier Temple, par les Babyloniens.

La fouille continue, mais les progrès sont freinés par les occupants actuels des terrains situés sur les ruines. Selon le New York Times, Mazar veut continuer à creuser, mais en ce moment, trois familles vivent dans les maisons qu'elle souhaiterait explorer. Une famille est musulmane, une chrétienne, et une juive.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Des archéologues non affiliés au Shalem center, et particulièrement le groupe de l'université de Tel Aviv, dont Israel Finkelstein un leader, doutent qu'il y ait suffisamment d'évidences pour dater la structure avec certitude. Ce groupe suggère également que les murs découverts par E. Mazar n'appartiennent pas tous au même bâtiment, s'appuyant sur le fait que les murs les plus importants, plus réguliers, à l'ouest du site, s'alignent avec une plus large structure rectangulaire, incluant des parties de la structure en pierre à degré et un bain rituel que l'on attribue généralement à la période hasmonéenne ; alors que les restes plus irréguliers se trouvant à l'est devraient être traités comme une entité séparée[2].

Amihai Mazar suggère que le site puisse être la forteresse jébusite que le livre de Samuel déclare conquise par David[3].

Eilat Mazar a daté l'emplacement par les différents types de poteries trouvés au-dessus et en dessous des restes du bâtiment. La poterie au-dessus de la base est datée par Eilat Mazar à l'âge de fer I, et la poterie en dessous est datée à l'âge de fer II. En raison de la loi de la superposition (la règle empirique déclarant que, généralement les choses plus anciennes sont en dessous), ceci implique que la base - et par conséquent le bâtiment - a été construite quelque part entre l'âge de fer I et l'âge de fer II (soit entre les XIe et Xe siècles av. J.-C.)[1].

Cependant, Amihai Mazar précise que bien que la structure date clairement d'après l'âge de fer I, l'absence de plancher et le fait que la poterie de l'âge de fer II se trouve simplement entre les murs, le terminus ante-quem n'est pas certain : la poterie ne permet pas de déterminer à quel moment pendant le fer II le bâtiment a été construit[3].

Pour Israel Finkelstein, les datations d'Eilat Mazar sont motivées par la conclusion qu'elle veut en tirer. Tout ce qu'on peut affirmer selon lui est que les éléments variés sont postérieurs à la fin du fer I/début du Fer II et antérieurs à la période romaine. Les évidences semblent suggérer qu'il faut dater la plupart des éléments à la période hellénistique tardive[2].

La plupart des archéologues, cependant, conviennent que l'emplacement est d'importance majeure (en dépit du fait qu'ils ne sont pas d'accord sur ce qu'il est réellement), et que le bâtiment a été construit de façon semblable à ceux de Phénicie. Ceci s'accorde bien avec le texte biblique qui indique que le palais de David a été construit avec l'aide par le roi Hiram de Tyr (un phénicien). [réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Steven Erlanger, « King David's Palace Is Found, Archaeologist Says », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Israel Finkelstein, Ze'ev Herzog, Lily Singer-Avitz and David Ussishkin (2007), Has King David's Palace in Jerusalem Been Found?, Tel Aviv: Journal of the Institute of Archaeology of Tel Aviv University, 34(2), 142-164
  3. a et b The San Diego Union-Tribune, King David's palace found? Scholars differ by Steven Erlanger, August 24 2005

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eilat Mazar, 2007, Preliminary Report on the City of David: Excavations 2005 at the Visitors Center Area. Shalem Press.
  • (en) Avraham Faust, « The Large Stone Structure in the City of David: A Reexamination », Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins,‎ , p. 116-130 (JSTOR 41304083)
  • (en) Israel Finkelstein, « The "Large Stone Structure" in Jerusalem : Reality versus Yearning », Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins,‎ , p. 1-10 (JSTOR 41304072)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

en français[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]