Otite externe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Otite externe

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Dans l'otite externe, douleur et suintement (otorrhée) traduisent l'inflammation du conduit auditif externe

CIM-10 H60
CIM-9 053.71, 054.73, 112.82, 380.1-380.2
DiseasesDB 9401
MedlinePlus 000622
eMedicine ped/1688  emerg/350
MeSH D010032
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Un cas sévère d'otite externe. On note le rétrécissement du canal auditif externe et un écoulement purulent très abondant.

Les otites externes sont des inflammations se produisant dans le conduit auditif externe, délimité par le tragus en dehors et le tympan en dedans. Elles se manifestent par des œdèmes des tissus du canal, une vive douleur et parfois un suintement : l'otorrhée (qui devra faire éliminer une otite moyenne aiguë ou chronique). Les bactéries les plus souvent en cause sont le Staphylococcus Aureus, Streptococcus Pyogenes, Pseudomonas Aeruginosa. Plus rarement, il peut s'agir d'Aspergillus ou de Candida[1].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L'incidence de la forme aiguë est d'environ 4 pour mille, celle de la forme chronique de l'ordre de 3 à 5%[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Elle est infectieuse, bactérienne dans 9 cas sur 10 et fongique dans les autres cas[2]. Les germes les plus souvent concernés sont le Pseudomonas aeruginosa, le staphylocoque doré et les streptocoques[3].

Description[modifier | modifier le code]

Fréquente et bénigne chez l'adulte, elle consiste en une inflammation diffuse, d'origine bactérienne ou mycosique, du derme et de l'hypoderme du méat acoustique externe. Elle se manifeste par un prurit, un inconfort, voire une douleur.

Traitement[modifier | modifier le code]

La prise en charge d'otite externe a fait l'objet de la publication de recommandations par l'« American Academy of Otolaryngology » mise à jour en 2014[4].

Le prélèvement local, pour identifier le germe responsable, n'est pas utile en première intention[5].

Elle se traite par des soins locaux (hygiène et antibiotiques en gouttes auriculaires) pendant au moins une semaine, et plus si les symptômes persistent[6]. L'acidification du conduit par l'instillation locale d'acide acétique a une efficacité comparable au traitement antibiotique local dans les formes peu graves[6]. Les gouttes de corticoïdes sont plus efficaces que ces dernières[7]. Il existe des gouttes auriculaires combinant les différents types de traitement.

La prescription d'antibiotiques par voie orale reste courante[8], même si elle fait pas partie des recommandations.

Forme clinique : l'otite externe maligne[modifier | modifier le code]

Bien plus grave mais aussi beaucoup plus rares[9], l'otite externe maligne survient essentiellement en cas de déficit immunitaire principalement chez le diabétique mal équilibré, âgé, après une petite plaie du conduit auditif (nettoyage agressif des oreilles, ablation d'un bouchon de cérumen). Il se développe une infection à Pseudomonas aeruginosa (ou bacille pyocyanique) initialement limitée aux tissus sous-cutanés, et s'étendant rapidement au cartilage, à l'os, puis aux méninges et au cerveau. Le pronostic est médiocre (la mortalité peut atteindre 20 %), le traitement repose sur une triple antibiothérapie intraveineuse et sur la correction du déséquilibre glycémique.

Saignements[modifier | modifier le code]

Les saignements de l'oreille ne sont pas fréquents dans le cas d'une otite externe. Dans ce cas, consulter de préférence un ORL, et vérifier qu'il ne s'agit pas d'un zona otitique (cas rare).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Otalgie et otite chez l'enfant et chez l'adulte », sur http://www.orlfrance.org/ (consulté le 28 décembre 2015)
  2. a et b Osguthorpe JD, Nielsen DR, Otitis externa: Review and clinical update, Am Fam Physician, 2006;74:1510-6
  3. Ninkovic G, Dullo V, Saunders NC, Microbiology of otitis externa in the secondary care in United Kingdom and antimicrobial sensitivity, Auris Nasus Larynx, 2008;35:480-4
  4. Rosenfeld RM, Schwartz SR, Cannon CR et al. Clinical practice guideline: acute otitis externa, Otolaryngol Head Neck Surg, 2014;150(Suppl):S1-24
  5. Llor C, McNulty CA, Butler CC, Ordering and interpreting ear swabs in otitis externa, BMJ, 2014;349:g5259
  6. a et b Kaushik V, Malik T, Saeed SR, Interventions for acute otitis externa, Cochrane Database Syst Rev, 2010;20:CD004740
  7. van Balen FA, Smit WM, Zuithoff NP, Verheij TJ, Clinical efficacy of three common treatments in acute otitis externa in primary care: randomised controlled trial, BMJ, 2003;327:1201-5
  8. Collier SA, Hlavsa MC, Piercefield EW, Beach MJ, Antimicrobial and analgesic prescribing patterns for acute otitis externa, 2004-2010, Otolaryngol Head Neck Surg, 2013;148:128-34
  9. Hollis S, Evans K, Management of malignant (necrotising) otitis externa, J Laryngol Otol, 2011;125:1212-7

Articles connexes[modifier | modifier le code]