Odet de Turnèbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odet de Turnèbe
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 28 ans)
Activités
Père

Odet de Turnèbe, né le à Paris et mort le , est un dramaturge français.

Fils de l’helléniste Adrien Turnèbe, Odet de Turnèbe s’était de bonne heure fait apprécier comme savant, poète et homme d’esprit. Après avoir été avocat au Parlement de Paris, il venait d’être nommé premier président de la Cour des monnaies lorsqu’une fièvre chaude l’emporta alors qu’il n’avait pas trente ans. Il n’a pas eu le temps de donner la pleine mesure de son talent littéraire. Il a rédigé vers 1580, Les Contents, comédie en prose, publiée après sa mort, qui marque un progrès notable sur les essais de ses prédécesseurs. Émile Chasles décrit cette comédie dans la veine non du théâtre grec mais italien, comme « écrite en bonne prose, d’un style ferme, d’un tour aisé, d’une allure toujours naturelle, en un mot, d’une exécution parfaite. La langue est ici, presque partout, arrivée au point où elle se fixera. »

On doit également à Turnèbe trois sonnets pétrarquistes, le premier en français, le second en italien et le troisième en espagnol, le poème La Puce d’Odet de Tournebu, Advocat en la cour de Parlement et douze sonnets intitulés Sonets sur les ruines de Luzignan, tous dédiés à Catherine Des Roches dont il aurait été amoureux. On lui doit également la célèbre pensée « L’amour est aveugle[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. P. Dupré, Encyclopédie des citations, Paris, Éditions de Trévise, 1959, p. 13

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Contens, Éd. critique Norman B. Spector, Paris, Didier, 1961.

Références[modifier | modifier le code]

  • Robert Aulotte, La Comédie française de la Renaissance et son chef-d’œuvre, Les Contents d’Odet de Turnèbe, Paris, CEDES, 1984.
  • Henri Bonnard, « Étude de langue et de style d’un passage des Contens d’Odet de Turnèbe (édition critique par Norman B. Spector, Société des Textes Français Modernes, Nizet) », L’Information Grammaticale, jan. 1984, 20, p. 18-22.
  • Catherine E. Campbell, « Odet de Turnèbe », dans Sixteenth-Century French Writers, Éd. et intro. Megan Conway, Detroit, Gale, 2006, p. 413-16.
  • Patrizia De Capitani, « Entre pathos et ironie : Le Déguisement dans deux comédies régulières du XVIe siècle (La commedia degli ingannati des Intronati de Sienne et Les Contens d’Odet de Turnèbe) », Romance Studies, juil. 2004, n°22 (2), p. 87-103.
  • (en) Florindo Cerreta, « A Case of Homophonic Word-Play in Turnèbe’s Les Contens », Italica, Dec 1964; 41 (4), p. 434-37.
  • Patrick Dandrey, « La Comédie, espace ‘trivial’ : à propos de Contens d’Odet de Turnèbe », Revue d’Histoire du Théâtre, 1984 Oct.-Dec., 36 (4), p. 323-40.
  • Marie-Madeleine Fontaine, « Les Antiquitez chez les dames des Roches : Les Sonets sur les ruines de Luzignan d’Odet de Turnèbe (1579) », Œuvres & Critiques, 1995, n° 20 (1), p. 197-208.
  • (en) Anne R. Larsen, « Chastity and the Mother-Daughter Bond: Odet de Turnèbe’s Response to Catherine des Roches », Renaissance Women Writers: French Texts/American Contexts, Éd. et intro. Anne R. Larsen et Colette H. Winn, Detroit, Wayne State UP, 1994, p. 172-88.
  • Madeleine Lazard, « Du rire théorisé au comique théâtral », Studi di Letteratura Francese, Serie I - Storia - Lett, 1983; 10, p. 19-30.
  • Géralde Nakam, « À propos des Contens d’Odet de Turnèbe », Littératures, Fall 1983, n° 8, p. 7-12.
  • (en) Bodo L. O. Richter, « Observations on a Critical Edition of Turnebe’s Les Contens », Italica, June 1964, n° 41 (2), p. 173-80.
  • (en) Norman B. Spector, « Odet de Turnèbe’s Les Contens and the Italian Comedy », French Studies, 1959, n° 13, p. 304-313.
  • (en) Donald Jr. Stone, « Anatomy of a Moral: Seduction in Sixteenth-Century French Comedy », Essays in Early French Literature Presented to Barbara M. Craig, Éd. Norris J. & Lacy, Jerry C. Nash, York, French Lit. Pubs, 1982, XIII, p. 147-161.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Émile Chasles, La comédie en France au seizième siècle, Paris, Didier, 1862.
  • Louis Petit de Julleville, Histoire de la langue et de la littérature française des origines à 1900, Paris, Armand Colin, 1897, p. 309.

Liens internes[modifier | modifier le code]