Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, lancée à l'initiative du G8 en 2012, est un partenariat entre des gouvernements, des entreprises internationales et locales et d'autres partenaires dont l'objectif affiché est « d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition en aidant quelque 50 millions de personnes en Afrique subsaharienne à sortir de la pauvreté d’ici 2022 ».

Présentation[modifier | modifier le code]

Pour atteindre cet objectif, « la NASAN mise sur l’accélération de l’apport de capitaux privés pour développer le secteur agricole africain ».

Les pays membres de cette alliance sont : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Ghana, Malawi, Mozambique, Nigéria, Sénégal, Tanzanie.

Certains pays africains ont rejoint ce partenariat en cours de route, comme le Sénégal en 2013[1]. En novembre 2014, plusieurs associations ont publié un rapport très critique sur ce programme, sur sa cohérence avec les objectifs affirmés au niveau mondial de soutenir l'agriculture familiale[2]. Ils mettent en cause l'engagement important du gouvernement français dans ce programme[3]. En 2015, e gouvernement français a reconnu qu'une partie de ces critiques étaient justifiées[4].

En juin 2016, le Parlement européen a voté une résolution dressant un bilan très critique de la NASAN.[5],[6]

Le rapport regrette entre autres que " les accords relatifs à la NASAN ne comprennent aucun indicateur concret concernant la faim et la malnutrition"

En 2017 un reportage diffusé sur ARTE montre les effets de la NASAN sur la mise à l'écart des petits paysans en Tanzanie[7]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Résolution du Parlement européen du 7 juin 2016 sur la nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (2015/2277(INI))[8]
  • Vertueuses, les multinationales ? Le business de l'aide au développement Film de Valentin Thurn et Caroline Nockel (2017) [9]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La NASAN contribuera au développement agricole du pays (ministre) par Birane Hady Cissé - Agence Presse Sénégal », sur aps.sn, (consulté le 1er mars 2015)
  2. « La Nouvelle Alliance du G8: sécurité alimentaire ou business as usual? Jeanne-Maureen Jorand Chargée du plaidoyer souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire », sur huffingtonpost.fr (consulté le 1er mars 2015)« Des ONG dénoncent le business de la faim », sur lafranceagricole.fr, (consulté le 1er mars 2015)
  3. « Rapport : "La faim un business comme un autre" », sur ccfd-terresolidaire.org, (consulté le 1er mars 2015)
  4. « Question n°81530 - Assemblée nationale du député Molac et réponse du Ministre des affaires étrangères », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 4 décembre 2015)
  5. « Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique », Oxfam France,‎ (lire en ligne)
  6. « Protéger les projets internationaux subsahariens de l’accaparement des terres | Actualité | Parlement européen », sur Actualité | Parlement européen (consulté le 10 mai 2017)
  7. « Vertueuses, les multinationales ? Le business de l'aide au développement », sur ARTE Info (consulté le 10 mai 2017)
  8. « Textes adoptés - Mardi 7 juin 2016 - Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition - P8_TA(2016)0247 », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 10 mai 2017)
  9. « ARTE+7 | Vertueuses, les multinationales ? - Le business de l'aide au développement » (consulté le 10 mai 2017)