Aller au contenu

Nikon EM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nikon EM
Image illustrative de l'article Nikon EM

Type reflex
Format de pellicule 135
Format d'image 24 × 36 mm
Monture porte-objectifs Nikon F
Obturateur plan focal à rideaux métalliques
Temps de pose 1 s — 1/1000 s, B
Synchro flash 1/90 s
Modes de mesure pondérée centrale
Sensibilités 25 — 1 600 ISO
Modes d'exposition priorité à l'ouverture du diaphragme ou manuel avec vitesse unique 1/90
Viseur pentaprisme fixe ; couverture : 92%
Mise au point manuelle
Moteur optionnel (Winder MD-E)
Chargement du film manuel
Alimentation 2 LR44
Dimensions (l × h × p) 137 × 87 × 48 mm
Poids 442 g

Le Nikon EM est un appareil photographique reflex mono-objectif argentique commercialisé par la firme Nikon à partir de 1979 jusqu'à environ 1984[1]. C'est la réponse de Nikon au succès du Canon AE-1. C'est la première incursion de Nikon dans le modèle pour amateur peu fortuné. Il ne propose que le mode priorité à l'’ouverture du diaphragme, une pose B et une vitesse de 1/90 qui fonctionne même sans pile. Il a été accompagné par le 50 mm 1/1.8 Series E qui est une série économique à la construction simplifiée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour contrer le succès du Canon AE-1 Nikon a étudié ce modèle économique dont l'automatisme à priorité d'ouverture est techniquement plus facile à réaliser et moins coûteux que la priorité à la vitesse de l'AE-1[2]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Reflex mono-objectif 35 mm à exposition automatique "priorité ouverture". Compatible avec les objectifs en Monture F. Obturateur plan focal à rideaux métalliques défilants verticalement régulé électroniquement et donnant les vitesses de 1 seconde à 1/1000. La mesure de lumière TTL est globale avec une prépondérance centrale.

L'appareil est motorisable grâce au winder Nikon MD-E qui, une fois vissé sous la semelle donne deux images par seconde[3].

Accessoires compatibles[modifier | modifier le code]

  • L'EM accepte tous les objectifs en monture F en couplage AI mais certains anciens objectifs n'ont pas le téton informant le boitier de l'ouverture maximum de l'objectif.
  • Les flashes classiques demandent de sélectionner manuellement la vitesse de synchronisation. Avec les flashes Nikon SB-E et SB-10 l'appareil bascule automatiquement sur la vitesse de synchro dès que le flash est chargé.
  • Le winder Nikon MD-E

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice-Hervé Pont, Nikon saga, Anglet, Ed. du Pecari, , 130 p. (ISBN 2-912848-27-X et 978-2-912848-27-7, OCLC 422066235, lire en ligne), p. 62
  2. Guy-Michel Cogné, « Canon AV-1, l'automatisme démocratique », Chasseur d'images,‎ , p. 51 à 53
  3. Gérard Champlong, « EM : le nouveau Nikon démocratique », Chasseur d'images,‎ , p. 32 à 34

Liens externes[modifier | modifier le code]