Nikolaï Kassatkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kassatkine.
Ne pas confondre avec Nikolaï Ivanovich Kassatkine, peintre russe né en 1932
Nikolaï Kassatkine
Nikolai Kasatkin 7.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Formation
Lieu de travail
Œuvres réputées

Nikolaï Alexeïevitch Kassatkine (en russe : Николай Алексеевич Касаткин), est un peintre et un professeur russe né à Moscou le 13 décembre 1859 ( dans le calendrier grégorien) et décédé le à Moscou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nikolaï Kassatkine à 16 ans peint par Vassili Perov
  • 1880 : Il commence à exposer et se met à fréquenter Leon Tolstoï, d'en partager l'amitié et de s'enrichir de toutes les réflexions qu'entraînent les échanges avec un tel écrivain.
  • 1882-1917 : Il travaille à l'école de lithographie de la plus grande maison d'édition de Russie, la maison Sytine à Moscou en participant notamment à la réalisation d'une «Histoire de la Russie en images», en travaillant au premier calendrier de bureau, une édition anniversaire consacrée à cinquante ans de réformes paysannes.
  • 1883 : Après dix ans d'études, il sort de l'école avec le titre d'artiste peintre récompensé par la plus haute distinction : la médaille d'argent pour sa composition «Les mendiants sous le porche de l'église».
  • 1889-1894 : Il contribue aux expositions organisées par la société des amoureux des arts à Moscou.
  • 1891 : Il devient membre permanent de l'association des expositions d'art itinérantes. Influencé par la formation donnée par ses maîtres, il peint comme eux des scènes de genre dont les thèmes sont la vie des pauvres travailleurs en ville : par exemple « Dans une famille ouvrière » en 1890, «Rivales» en 1890, « La calomnie » en 1891, « Affaires de famille » en 1891.
  • 1894-1917 : Il revient à l'école où il avait poursuivi ses études pour y enseigner jusqu'en 1917. Il fut estimé et respecté par ses élèves dont Boris Vladimirovich Ioganson, Vassili Vassilievitch Mechkov, Constantin Youon qui devaient atteindre une certaine célébrité.
  • 1894-1895 : Il fait plusieurs voyages dans le Donbass et dans l'Oural où il observe avec attention la vie et le travail des mineurs, surtout, comme en témoignent quelques titres d'œuvres de cette époque : «Ouvrier blessé (C'est dur!)» en 1892, «Ouvrière de la mine» en 1894, «Équipe de mineurs» en 1895.
  • 1897 : Il peint «Dans le hall du tribunal de district», avec lequel il obtiendra la médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1900 à Paris.
  • 1897 : Première participation à l'exposition internationale de Munich.
  • 1899 : Il poursuit ses «enquêtes» et ses descriptions du monde du travail en se rendant dans l'Oural où il peint par exemple «Travailleurs de l'Oural».
  • 1898 : Il est nommé académicien.
  • 1903 : Il devient membre à part entière de l'Académie impériale des arts à Saint-Pétersbourg
  • 1905 : Les évènements révolutionnaires lui fournissent le sujet d'une série d'œuvres ayant trait à l'actualité ce qui fait du peintre un avant-gardiste du réalisme socialiste. Par exemple Le travailleur de choc, Les derniers pas d'un espion.
  • 1906 : Il voyage à travers la Finlande, la Norvège et la Suède.
  • 1908-1910 : Il voyage en Italie et en Turquie. (Constantinople,la basilique Sainte-Sophie)
  • 1908-1911 : Il recommence à participer aux expositions de la société des amoureux des arts à Moscou.
  • 1909-1910 : Pour la deuxième fois ses œuvres sont présentées à l'exposition internationale de Munich.
  • 1917 : Ses œuvres sont exposées à Saint-Louis
  • 1918 : Début de sa fonction d'artiste instructeur au conseil d'éducation de Sokolniki (district) avec la création d'un studio d'art.
  • 1922-1926 : Il rejoint l'Association des artistes révolutionnaires.
  • 1923 : Il reçoit le titre d'artiste du peuple de la République socialiste fédérative soviétique de Russie
  • 1924 : Se rendant en Grande-Bretagne, il passe par Gdansk pour assister aux luttes sociales du prolétariat dont il veut rendre compte dans ses tableaux.
  • 1927-1928 : Membre de l'Union des artistes réalistes. Malgré les pressions pour en faire un représentant de l'art officiel, son talent lui permit de ne pas rester enfermé dans cette catégorie.
  • 1930 : Le 17 décembre, il meurt subitement au musée de la révolution, alors qu'il est en train d'expliquer le sujet de son dernier tableau, Nadejda Siguida (en) entraînée au supplice.

Il est enterré à Moscou.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Orphelins (1891)
Jeune fille appuyée contre une barrière (1893)
Pauvres ramassant du charbon aux alentours d'une mine abandonnée (1894)
Chakhtiorka ou mineuse (1894)
La nourrice (1910)
  • 1881 : Portrait d'un vieux paysan, huile sur toile marouflée sur panneau, 34,5 X 23,2 cm
  • 1883 : À la chapelle, huile sur toile, 51 X 78 cm, musée régional des beaux-arts Mikhaïl Vroubel à Omsk
  • 1889 : Le drapier, huile sur toile, 65 X 53 cm
  • 1889 : Quai à Nijni Novgorod, musée régional des beaux-arts de Tomsk ou musée des beaux-arts de l'oblast de Tomsk
  • 1889 : Pause déjeuner à l'usine, huile sur toile
  • 1890 : Rivales, huile sur toile, 71 X 106 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1890 : À la barrière, huile sur toile, 52 X 87 cm, Galerie d'état des beaux-arts à Perm. Cette ville a été appelée Molotov de 1940 à 1957.
  • 1891 : Orphelins, huile sur toile, 51 X 88 cm, Musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1891 : Famille ouvrière, huile sur toile, 75,5 X 71,5 cm, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1892 : Plaisanterie, huile sur toile, 65,4 X 45 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1892 : Ouvrier blessé «C'est dur!», huile sur toile, 182,5 X 122,5 cm, musée des beaux-arts de Turkménie à Achkhabad
  • 1893 : Jeune fille appuyée contre une barrière, huile sur toile, 97 X 49 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1893 : Deux ouvrières, huile sur carton, Musée national des beaux-arts de Biélorussie à Minsk
  • 1893 : Calomnie, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1894 : Mineur assis, au repos, huile sur toile collée sur du carton, musée national des beaux-arts de Biélorussie à Minsk
  • 1894 : Mineur-(zaroubschik?), huile sur toile, musée national des beaux-arts de Biélorussie à Minsk
  • 1894 : Le train est arrivé, musée d'art régional d'Ivanovo
  • 1894 : Ouvrière des mines , Chakhtiorka que l'on peut traduire aussi par mineuse, huile sur toile, 65,4 X 45 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1894 : Ramassage du charbon, huile sur toile. Étude pour la peinture «Ramassage du charbon près d'une mine désaffectée». Musée national des beaux-arts de Biélorussie à Minsk
  • 1894 : Les glaneuses, pauvres ramassant du charbon aux alentours d'une mine abandonnée, huile sur toile, 80 X 107 cm, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1895 : Relève de mineurs russes, huile sur toile, 145 X 211 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1895 : Mineur debout, vu de dos avec une lampe à la main (étude), huile sur toile, musée national des beaux-arts de Biélorussie à Minsk
  • 1896 : Mineur creusant dans un filon, huile sur toile
  • 1897 : Dans le hall du tribunal de district, huile sur toile, musée des beaux-arts MP Kroshitskogo à Sébastopol
  • 1897 : Qui!, huile sur toile, 96 X 102 cm, Galerie Tretiakov à Moscou
  • 1897 : La forge
  • 1898 : Portrait d'une jeune fille, huile sur toile, 78 X 52,75 cm
  • 1898 : Modèle nu, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1899 : Le moment du conte avant de dormir, huile sur toile, 94 X 140 cm
  • 1899 : Bonjour grand-père, huile sur toile, Musée d'art Radichtchev (Saratov) à Saratov
  • 1899 : Ouvrier de l'Oural
  • 1900 : Épouse d'ouvrier, musée régional d'art de Samara
  • 1900 : Scène de ménage, huile sur toile, 100 X 103,6 cm
  • 1901 : À la tourbière. Garçon avec une chemise rose sur un cheval blanc, huile sur toile, musée dans la maison de l'artiste Nikolaï Yarochenko à Kislovodsk
  • 1901 : Torfyanka, étude, huile sur toile collée sur du carton, 45 X 33 cm, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1904 : Fileuse, musée russe à Saint-Pétersbourg
  • 1904 : L'hôtesse
  • 1905 : Le travailleur de choc, Musée historique d'état à Moscou
  • 1905 : Les derniers pas d'un espion, musée historique d'état à Moscou
  • 1905 : Tisserande téméraire
  • 1908 : Ouvrière de fabrique
  • 1910 : La nourrice, huile sur toile peinte avec Ivan Sytine. Oleg Gonozov, удалили женскую (Олег Гонозов) Проза.ри, explique dans quel contexte certaines serves étaient contraintes d'allaiter des chiots [1]
  • 1910 : Constantinople, la Basilique Sainte-Sophie, huile sur toile, 113 X 77,5 cm, musée des beaux-arts de la République de Mordovie S. D. Erzia à Saransk
  • 1916 : Portrait de femme, aquarelle sur papier, 51,2 X 33,7 cm, musée des beaux-arts d'état à Kostroma
  • 1917 : Jeune fille avec un panier, huile sur toile, 46,5 X 37,5 cm
  • 1920 : Jeune pionnier des komsomols
  • 1926 : Pionnière avec un livre, huile sur toile, musée historique d'état à Moscou
  • 1926 ; Portrait de garçon, huile sur bois, musée des beaux-arts de l'oblast de Tomsk
  • 1927 : Le correspondant du journal local, musée historique d'état à Moscou
  • 1930 : Nadejda Siguida entraînée au supplice. Ce tableau illustre un événement dramatique connu sous le nom de tragédie du bagne de Kara (en). Ce fut son dernier tableau.

Pour les titres d'œuvres ci-dessous les dates n'ont pas été trouvées.

  • Dans le studio
  • Portrait d'une vieille femme, huile sur toile, 30 X 40 cm
  • Femme à la coiffe rose, pastel dans un cadre ovale, 61 X 50 cm
  • Intérieur de la tour d'extraction d'un puits de mine, 24,2 X 19,2 cm, huile sur carton. Musée d'art régional à Donetsk. Ce musée a été très endommagé par un bombardement le 22 août 2014.
  • Mauvaise nouvelle
  • Militant ouvrier
  • Paysage avec maison, 18 X 33 cm, huile sur toile collée sur du carton
  • Portrait d'une élégante, huile sur toile, 56 X 62 cm
  • Portrait d'une femme habillée en blanc, assise, tenant un livre, huile sur toile, 60,86 X 34,29 cm
  • Relève des troupes, huile sur toile, 51 X 71,5 cm
  • Troupe d'acteurs, huile sur toile

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elena Nesterova : Les Ambulants, les maîtres du réalisme russe. Seconde moitié du XIXe - début du XXe siècle. Éditions Aurora, Saint-Pétersbourg et Éditions Parkstone, Bournemouth. 1996. Pages 86, 88, 89, 172 et 175

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :