Nicolas Nikolaïevitch de Leuchtenberg (1896-1937)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas de Leuchtenberg (homonymie).
Nicolas de Leuchtenberg
(ru) Николай Лейхтенбергский
Biographie
Titulature Duc de Leuchtenberg
Marquis de La Ferté-Beauharnais
Comte de Beauharnais
Dynastie Maison de Beauharnais
Nom de naissance Nicolas Nikolaïevitch de Leuchtenberg
Naissance
Gory (Russie)
Décès (à 40 ans)
Munich (Allemagne)
Père Nicolas Nikolaïevitch de Leuchtenberg
Mère Maria Nikolaïevna Grabbe
Conjoint Olga Fomina
Élisabeth Müller-Himmler
Enfants Eugénie de Leuchtenberg
Nicolas de Leuchtenberg
Description de cette image, également commentée ci-après
Ducs de Leuchtenberg
(branche morganatique)

Nicolas Nikolaïevitch de Leuchtenberg (en russe : Николай Лейхтенбергский), duc de Leuchtenberg (titre russe) et marquis de La Ferté-Beauharnais (titre français), est né le à Gory, près de Novgorod, en Russie, et décédé le à Munich, en Allemagne. Chef de la maison de Beauharnais de 1928 à sa mort, c'est un aristocrate, un militaire et un musicien franco-russe lié au mouvement blanc.

Famille[modifier | modifier le code]

Nicolas de Leuchtenberg est le fils aîné du duc Nicolas Nikolaïevitch de Leuchtenberg (1868-1928) et de son épouse la comtesse Maria Nikolaïevna Grabbe (1869-1948). Par son père, il est donc le petit-fils du prince Nicolas Maximilianovitch de Leuchtenberg (1843-1891) et de son épouse morganatique Nadège Annenkova (ru) (1840-1891), comtesse de Beauharnais. Par sa mère, il descend du comte Nicolas Pavlovitch Grabbe (ru) (1832-1896) et de sa femme Alexandra Fiodorovna Orlova-Denisova (1837-1892).

Le , Nicolas épouse, à Novotcherkassk, Olga Fomina (1898-1921). De ce premier mariage, ne naît aucun enfant. Veuf, le prince se remarie, le , à Munich, à Élisabeth Müller-Himmler (1906-1999). De cette seconde union naissent deux enfants :

  • Eugénie de Leuchtenberg (1929-2006), duchesse de Leuchtenberg, qui épouse Martin von Bruch (1914-1988) ;
  • Nicolas de Leuchtenberg (1933), duc de Leuchtenberg, qui épouse Anne Christine Buegge (1936).

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant la Guerre civile russe, le prince Nicolas combat dans les armées blanches sous les ordres du général Anton Dénikine, auquel il sert d'adjudant. Il quitte la Russie par la mer Noire après la défaite des forces anti-bolcheviques et gagne Constantinople où sa première femme, Olga Fomina, épousée en 1919, trouve la mort en 1921[1].

Après ces événements, Nicolas choisit de s'installer en Bavière, auprès de la famille de son oncle, Georges Nikolaïevitch de Leuchtenberg. C'est là qu'il rencontre sa seconde épouse, l'Allemande Élisabeth Müller-Himmler, en 1928[1].

Très doué pour la musique, Nicolas gagne sa vie en devenant chef d'orchestre du chœur des Cosaques du Don « Ataman Général Kaledin »[2],[3]. Il joue ainsi durant les funérailles de l'impératrice douairière Maria Feodorovna (1928) et du grand-duc Nicolas Nikolaïevitch de Russie (1929)[2].

Nicolas meurt à Munich en 1937. Il est enterré dans le cimetière de Seeon (de), auprès de son frère Maximilien, de son oncle Georges et de l'épouse de celui-ci[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Prinz Adalbert von Bayern, Die Herzen der Leuchtenberg : Chronik einer napoleonisch-bayerisch-europäischen Familie, Neuausg, (ISBN 3485006653)
  • (en) Zoia Belyakova, Honour and fidelity : The Russian Dukes of Leuchtenberg, Logos Publisher, (ASIN B00C40ONY8)
  • (en) Charles W. Fanning, Dukes of Leuchtenberg : A Genealogy of the Descendants of Eugene de Beauharnais, J.V. Poate, (ISBN 0950018341)
  • (fr) Gérald Gouyé Martignac et Michel Sementéry, La descendance de Joséphine impératrice des Français, Paris, Christian, (ISBN 2864960583)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Belyakova 2010, p. 110.
  2. a et b Belyakova 2010, p. 110-111.
  3. (en) Yuri Bernikov, « The World-Famous Don Cossack Chorus Serge Jaroff », sur Russian Records, (consulté le 25 août 2017).
  4. Belyakova 2010, p. 111.