Nicolas-Marie Gatteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gatteaux.
Nicolas-Marie Gatteaux
The Gatteaux Family, by Jean Auguste Dominique Ingres.jpg

Jean Auguste Dominique Ingres, La Famille Gatteaux (1850), localisation inconnue.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant

Nicolas-Marie Gatteaux, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un médailleur français.

Il est le père du sculpteur et médailleur Jacques-Édouard Gatteaux (1788-1881).

Biographie[modifier | modifier le code]

Assignat de 15 sols, dessiné et gravé par Gatteaux (signé sous la somme en chiffres) et typographié par Jean-Baptiste Gerard.

Élève de Pierre Claude François Delorme et d'Antoine-Jean Gros, Nicolas-Marie Gatteaux est l'auteur d'un grand nombre de médailles. Les unes font allusion à des évènements publics : la Mort de Louis XV, le Sacre de Louis XVI, la naissance du Dauphin, l'invention des aérostats par Montgolfier, le voyage de Lapeyrouse, la Fédération des Départements de la France, l'Abolition des Privilèges, le Passage du Rhin par Moreau en l'an VIII. D'autres médailles représentent des hommes célèbres, Joseph Haydn, le comte de Maurepas, d'Alembert, les Trois Consuls.

En 1781 il est nommé graveur des médailles du roi[1].

Il est l’auteur de la plupart des gravures et des timbres à sec des assignats, à partir de 1791. Sa signature entière ou abrégée en « GATT » y est visible.

En 1820, il invente un pantographe des sculpteurs, appareil inspiré du pantographe, mais qui sert à la reproduction d'un objet en trois dimensions[2].

Il a aussi gravé des billets de loterie ainsi que des timbres de la régie.

Tombe de Nicolas-Marie Gatteaux, Paris, cimetière du Père-Lachaise (division 23).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille posthume à l'effigie de Nicolas-Marie Gatteaux a été exécutée par son fils Jacques-Édouard Gatteaux. Un exemplaire en est conservé à Paris au musée Carnavalet[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Grande Encyclopédie, Volume 18.
  2. « Méthodes de copie des sculptures », www.pierres-info.fr, www.pierres-info.fr.
  3. ND 275bis.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Muszynski, Les Assignats de la Révolution Française, Paris, Éd. Le Landit, 1981.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Tome 4, 1976, p. 631.