Jacques-Édouard Gatteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gatteaux.
Jacques-Édouard Gatteaux
The Gatteaux Family, by Jean Auguste Dominique Ingres.jpg

Jean Auguste Dominique Ingres, La Famille Gatteaux (1850), localisation inconnue.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Distinctions

Jacques-Édouard Gatteaux, né le à Paris où il est mort le , est un sculpteur et médailleur et fondeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques-Édouard Gatteaux est le fils du médailleur Nicolas-Marie Gatteaux (1751-1832). Il est l'élève de son père, puis de Jean-Guillaume Moitte à l'École des beaux-arts de Paris.

Il obtint le premier grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine en 1809. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts à l'Institut de France en 1845, et est promu officier de la Légion d'honneur.

On lui doit de nombreuses médailles, dont celles qui représentent Corneille, La Fontaine, Buffon, Malherbe, Rabelais, La Fayette, le sacre de Charles X et l'avènement de Louis-Philippe. Il est l'auteur des bustes en marbre de Rabelais et de Michel-Ange[1], ainsi que de la statue d'Anne de Beaujeu de la série Reines de France et Femmes illustres du jardin du Luxembourg à Paris.

Sa Minerve en bronze de 1843[2] est conservée à Paris au musée du Louvre.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille à l'effigie de Jacques-Edouard Gatteaux a été exécutée par Eugène Oudiné après 1861. Un exemplaire[3] en est conservé à Paris au musée Carnavalet .

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Grande Encyclopédie, vol. 18.
  2. Hauteur 74 cm.
  3. ND 4416.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Tome 4, 1976, p. 631.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :