Niccolò di ser Sozzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caleffo dell'Assunta
436 × 305 mm, Archives d'État de Sienne.

Niccolò di ser Sozzo ou encore Niccolo di ser Sozzo Tegliaccio, Niccolo di Ser Sozzo di Francesco Tegliacci, ou récemment Niccolo di Ser Sozzo di Stefano[1] (Sienne ... - Sienne, 1363) est un peintre et enlumineur italien qui a réalisé divers codex musicaux de nature sacrée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Niccolò di ser Sozzo est né à Sienne, mais les informations concernant sa vie sont rares. Seuls quelques documents et œuvres attestent de son activité vers la moitié du XIVe siècle et de sa mort survenue en 1363.

L'unique œuvre qui lui est attribuée avec certitude car signée «  Nicholaus, Ser Sozzi de Senis me pinxit » est une Assunzione, qui constitue le frontispice d'un caleffo (it), conservée dans la section « Riformagioni » des Archives d'État de Sienne.

Cette œuvre a servi de base pour lui attribuer d'autres réalisations sur parchemin, comme quelques cantorini (it), et peintures sur bois.

Autres attributions[modifier | modifier le code]

Des études récentes lui attribuent d'autres œuvres[2] :

  • Vierge à l'Enfant, musée des Offices.
  • Polyptyque de La Vierge à l'Enfant et quatre saints (1362) tempera sur bois, 191 × 297 cm, en collaboration avec Luca di Tommè (qui aurait peint deux des quatre saints, Thomas et Jean-Baptiste)[3].
  • Vierge à l'Enfant et deux anges (années 1350)
  • un panneau lui est attribué au Getty Center dont le style est directement inspiré de celui de Simone Martini[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Bicci, Proposito per Niccolo di ser Sozzo, Paragone, 16.
  2. a et b Notice des Offices
  3. Notice de Web Gallery of Art

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Bryan, Dictionary of Painters and Engravers, Biographical and Critical, vol. II L-Z, York St. #4, Covent Garden, Londres; Original de Fogg Library, numérisé le 18 mai 2007, Walter Armstrong & Robert Edmund Graves,‎ (lire en ligne), p. 555-556

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :