Ethnos360

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis New Tribes Mission)

Ethnos360 est une organisation missionnaire chrétienne évangélique interconfessionnelle internationale. Son siège est situé à Sanford (Floride), aux États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’organisation a été fondée sous le nom de New Tribes Mission en 1942 par Paul Fleming [1],[2]. En 2017, elle a été renommée Ethnos360[3]. En 2020, elle compterait 2500 missionnaires de diverses églises évangéliques[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Elle a été critiquée par des ONG pour avoir cherché à contacter plusieurs tribus amérindiennes reculées des forêts d’Amérique du Sud, pour les évangéliser, dans les années 1970 et 80[5], ce qui aurait affaiblit leurs systèmes immunitaires, ces derniers étant sensibles aux microbes importés par des éléments exogènes et favorisé des changements culturels.

NTM est aussi entrée en contact avec les Mlabri, peuple de Thaïlande, avec l'objectif de les évangéliser. Pour cela, ils leur ont apporté de nombreuses nouveautés telles que des motos, des radios, des télévisions...[6]

En 2009, l’organisation a commandé une étude de l’organisation chrétienne GRACE afin d’enquêter sur des abus sexuels commis sur des enfants de missionnaires par des éducateurs au Sénégal [7]. Le rapport a fait état d’abus se produisant alors que les enfants étaient sous la garde d’éducateur dans des camps tandis que leurs parents étaient dans des missions éloignées, ainsi qu’une culture du silence qui exigeait un renvoie immédiat de l’accusé, mais qui recommandait de ne pas signaler les abus à la police[8].

En 2014, alors qu’il travaillait comme missionnaire au Brésil, Warren Scott Kennell a été condamné à cinquante-huit ans de prison pour avoir produit de la pédopornographie et avoir abusé sexuellement de plusieurs enfants. En 2018, Manoel de Oliveira, autre membre de l'organisation, a été condamné à trois ans de prison pour avoir réduit en esclavage des autochtones Zo’é dans sa plantation de noix de cajou. D'autre part, elle a été critiquée par des médias en 2020, dans un contexte de pandémie de maladie à coronavirus, pour avoir continué ses missions d'évangélisation des peuples autochtones isolés, au risque de propager la maladie parmi ces populations très vulnérables[9].

Ethnos360 entretient de bons rapports avec le président Jair Bolsonaro après son entrée en fonction en 2019. Celui-ci encourage l'organisation dans ses missions d'évangélisation des peuples autochtones et nomme à la tête de la Funai, l’agence gouvernementale brésilienne de protection des indigènes, Ricardo Lopes Dia, qui a travaillé pendant dix ans pour New Tribes Mission[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joel Morales Cruz, The Histories of the Latin American Church: A Handbook, Augsburg Fortress Publishers, USA, 2014, p. 92
  2. Mark A. Noll, The New Shape of World Christianity: How American Experience Reflects Global Faith, InterVarsity Press, USA, 2009, p. 97
  3. Ethnos360, New Tribes Mission USA Changes Name to Ethnos360, ethnos360.org, USA, 04 mai 2017
  4. Ethnos360, Fast Facts About Ethnos360, ethnos360.org, USA, consulté le 27 juin 2020
  5. Guillermo Cook, Crosscurrents in Indigenous Spirituality: Interface of Maya, Catholic, and Protestant Worldviews, Brill, Netherlands, 1997, p. 22
  6. S. Rooney, A tale of two Thai tribes. Preaching the Gospel in northern Thailand, The Japan Times (24 avril 2001).
  7. GRACE, New Tribes Mission, netgrace.org, USA, consulté le 20 juin 2020
  8. Kate Snow, Aliza Nadi et Rich Schapiro, Ungodly abuse: The lasting torment of the New Tribes missionary kids, nbcnews.com, USA, 7 février 2019
  9. a et b « Coronavirus : les tribus amazoniennes menacées par des missionnaires évangéliques », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]