Nananère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Nananère est une interjection chantée enfantine, destinée à se moquer.

Variantes[modifier | modifier le code]

On entend aussi parfois « la-la-lère » ou « tra-la-lère »

Le mot se chante en général sur quatre notes : « na-na-nè-re », chanté sur «sol-ré-la-sol». Ou «sol-ré-si bémol tenu»

Une variante plus longue avec duplication des na-na donne : « na-na-na-na-nè-re», chanté sur «do-do-sol-ré-la-sol».

Ces deux airs peuvent servir également de support à n'importe quelle phrase qui, entonnée sur un air associé à la moquerie, prendra un ton moqueur accentué en ajoutant « heu ». Exemple :

  • « Aristobule c'est un bébé, heu ! » (do-do-do-do-do-sol-ré-la-sol)

De nombreuses combinaisons sont possibles, comme dans ce second exemple :

  • « Moi j'ai un nouveau jouet, (do-do-do-do-sol-ré-la)
    et pas toi, heu ! » (sol-ré-la-sol)

On notera la présence du « heu ! » pour signifier la fin de l'expression.

Aire géographique et culturelle[modifier | modifier le code]

Il semble que tous les enfants des régions du monde où on parle français utilisent cette expression, avec l'air qui lui est associé, mais la particule de renforcement heu ne serait pas connue au Québec.

Les anglophones et les espérantophones disent plutôt «na-na-na-na», et aux États-Unis l'air est composé de deux notes : do-ré-do-ré-. Dans la chanson Everyday people de Sly and The Family Stone, on entend un autre air moqueur du type «ré-do-mi-ré-mi».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Fagyal 1999] Zsuzsanna Fagyal, « Combien de clichés mélodiques ? : révision de l'inventaire des contours intonatifs stylisés en français », Faits de langues, vol. 7e année, no 13 : « Oral-écrit : formes et théories »,‎ , 1re partie (« Formes fixes et clichés »), art. no 2, p. 17-25 (DOI 10.3406/flang.1999.1234, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]