Mythe des marionnettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mythe des marionnettes est un mythe de Platon représentant les êtres vivants mus par les fils intérieurs des affects. Ce mythe a pour but de faire comprendre la nécessité de l’éducation de l’âme dans le cadre du projet politique platonicien. Platon explique la nature et la portée de sa pensée politique au Livre I des Lois[1] à l’aide du mythe des marionnettes, qui représente l’homme comme une marionnette fabriquée par les dieux ; mais, à la différence des marionnettes habituelles, les fils qui servent à la manipuler sont, dans le cas des vivants, à l’intérieur du corps, parce qu’ils symbolisent les affects : plaisirs, douleur, crainte, et raisonnement, qui tirent les hommes en des sens contraires. Parmi ces affects, celui du raisonnement est le plus faible. Ce mythe reprend les différents mythes représentant l’âme comme une réalité composée de parties, qui ne sont pas spontanément en harmonie.

Cette représentation de l’homme comme une marionnette, c’est-à-dire comme une réalité vivante qui n’est pas, par nature, guidée par la raison, justifie pour Platon le rôle de la politique : l’âme, a en effet besoin d’être éduquée, pour être en mesure de réaliser son bien, et cette éducation passe par les lois conçues comme un discours rationnel, que la cité adresse aux citoyens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 644d–645c.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien Externe[modifier | modifier le code]

Platon, Les Lois [détail des éditions] [lire en ligne]