Musée de la Résistance en Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée de la Résistance en Bretagne
Image dans Infobox.
Logo du musée depuis 2021
Informations générales
Ouverture
Fermeture
2019-2021 (rénovation)
Surface
6 salles d'exposition : 1 500 m2
Parc boisé : 6 ha[1]
Visiteurs par an
35 000[3]
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Protection
Logo label musée de France.svg
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Les Hardys Béhellec
56140 Saint-Marcel [1]
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

Le musée de la Résistance en Bretagne, jusqu'en 2021 le musée de la résistance bretonne, est un musée situé sur le territoire de la commune de Saint-Marcel dans le Morbihan. Il est consacré à l'histoire de la résistance en Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale et notamment du plus grand maquis breton, le maquis de Saint-Marcel.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce musée retrace l'histoire de la résistance en Bretagne pendant l'Occupation. Il a été créé sur le lieu même du maquis de Saint-Marcel, un des principaux maquis bretons pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis 1994, il abrite également l'exposition nationale sur l'histoire des parachutistes de la France libre[4].

Fermé en 2019, le Musée de la Résistance en Bretagne rouvre ses portes le 18 septembre 2021, après 2 ans de travaux de rénovation architecturale et scénographique.

Implanté sur les lieux mêmes des combats de Saint-Marcel qui ont marqué l’histoire de la Résistance en Bretagne, ce musée d’un nouveau genre à la scénographie entièrement renouvelée présente plus de 1 000 objets parmi les 12 000 conservés avec soin, témoins de la vie quotidienne d’hommes et de femmes sous l’occupation et de l’engagement des bretons dans l’armée des Ombres.

Description[modifier | modifier le code]

L'entrée du musée présenté un véhicule de l'époque, une « voiture de l'exode » ; puis, à travers une douzaine de salles, dans un ordre en partie chronologique, sont présentés uniformes, symboles, drapeaux, objets divers, armes, maquettes, illustrés par des documents multimédias et cinématographiques ; des salles sont consacrées aux véhicules allemands et américains, aux services spéciaux anglais, etc..[5].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Chiffres de fréquentation 2001-2017[6]
Année Entrées gratuites Entrées payantes Total
2001 6 671 35 924 42 595
2002 5 984 39 399 45 383
2003 4 512 28 622 33 134
2004 7 660 32 124 39 784
2005 3 558 26 604 30 162
2006 3 204 26 480 29 684
2007 3 115 26 347 29 462
2008 2 699 23 572 26 271
2009 3 911 22 378 26 289
2010 3 620 21 173 24 793
2011 2 640 18 938 21 578
2012 3 314 17 592 20 906
2013 2 211 15 920 18 131
2014 2 155 14 795 16 950
2015 1 304 12 373 13 677
2016 1 662 11 984 13 646
2017 2 180 12 631 14 811

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « ACCÈS & CONTACT », sur www.musee-resistance-bretagne.com (consulté le )
  2. « Musée de la résistance bretonne », sur La nuit européenne des musées (consulté le )
  3. Louis Laroque, « Le musée de la Résistance bretonne pillé par un balayeur », sur www.lepoint.fr, (consulté le )
  4. « Musée de la Résistance bretonne - Saint-Marcel », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le )
  5. Véronique Le Bagousse, « Saint-Marcel, une vision contemporaine du musée de la Résistance bretonne. », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le )
  6. « Fréquentation des Musées de France », sur data.culture.gouv.fr (consulté le )