Musée de la Femme Henriette-Bathily

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bathily.
Musée de la Femme
Henriette-Bathily
Ancienne entrée du musée.
Ancienne entrée du musée.
Informations géographiques
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Ville Dakar
Adresse Place du Souvenir africain et de la Diaspora
Coordonnées 14° 40′ 03″ Nord 17° 23′ 51″ Ouest / 14.6675, -17.3975
Informations générales
Date d’inauguration 1994

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

(Voir situation sur carte : Sénégal)
Musée de la FemmeHenriette-Bathily

Le musée de la Femme Henriette-Bathily est une institution sénégalaise fondée d'après un projet conçu dès 1987 par le cinéaste Ousmane William Mbaye et lancée en juin 1994 sous la direction d'Annette Mbaye d'Erneville. Situé jusqu'en 2014 sur l'île de Gorée, face à la Maison des Esclaves, il est transféré à Dakar, dans une des coupoles de la place du Souvenir africain et de la Diaspora (corniche Ouest-Dakar).

Collections[modifier | modifier le code]

À Gorée, dans une demeure coloniale à deux étages, construite en 1777, ayant appartenu à une riche signare, Victoria Albis et qui fut jusqu'en 1962 la propriété de la famille Angrand, en particulier d'Armand-Pierre Angrand descendant de signare, écrivain, maire de Gorée et premier maire de couleur de Dakar en 1936, on trouvait des objets usuels, des outils agricoles, des instruments de musique, des poteries, des vanneries, ainsi que des photographies permettant de mieux comprendre la vie quotidienne de la femme dans le pays. Les grandes figures de l'émancipation féminine au Sénégal y sont aussi célébrées, par exemple la romancière Aminata Sow Fall. Cette maison a été autrefois un tribunal puis le Musée de l’Institut fondamental d'Afrique noire qui a succédé en 1966 à Institut français d'Afrique noire. Les collections ont été transférées à Dakar.

Activités[modifier | modifier le code]

L'ancienne maison de Victoria Albis

Des ateliers y étaient organisés et les femmes de l'île s'y retrouvaient pour travailler ensemble, suivre des cours d'alphabétisation ou recevoir une formation à l'artisanat (teinture, batik, tissage ou broderie traditionnelle). Des projets spécifiques sont destinés aux femmes handicapées. Les ateliers de formation, sont en suspens, en attendant de trouver l'espace dans lequel ils seront organisés.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Mbaye d'Erneville, « Le musée de la Femme Henriette-Bathily à Gorée : premier musée privé au Sénégal », p. 1 ; « The Henriette Bathily Museum of Women's History, Gorée: the first private museum in Senegal », p. 5, Bulletin du WAMP (West African Museums Programme), n° 7, 1997.
  • Jean Luc Angrand, Céleste ou le temps des Signares (Editions Anne Pépin, 2006).

Liens externes[modifier | modifier le code]