Mug

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un élément culturel image illustrant le café
Cet article est une ébauche concernant un élément culturel et le café.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un mug portant le logo de Wikipédia.

Un mug, ou simplement tasse au Québec, en Belgique et en Suisse, est un récipient cylindrique haut, avec anse, utilisée sans soucoupe (sous-tasse), d'un aspect proche de la chope et servant à boire ou pour mesurer en Europe et au Québec, et uniquement pour boire les liquides chauds en Amérique du Nord.

Le terme mug[1] est un anglicisme[2] ,[3] pour désigner une « moque[4] ».

Mug[modifier | modifier le code]

Un mug peut être fait de terre cuite ou de métal émaillé[5] Si la forme anglo-saxonne du mot s’est répandue à toute l’Europe puis au monde entier, l’objet qu’il désigne est un récipient populaire commun à tout le littoral atlantique européen (Scandinavie et îles britanniques, Allemagne, Pays-Bas et côtes du nord de la France jusqu’à la Gascogne [6] ).

Ce récipient est donc surtout familier aux régions maritimes où il est synonyme de « godet » [7]. Les marins ont introduit son usage Outre-Mer, notamment à la Réunion où ce récipient est de fer-blanc[8].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Mug ou moque, la littérature atteste de l'usage populaire de ce récipient familier à l'ouest de la France[5] :

  • Barbey d’Aurevilly : « La dite princesse d'Éboli, genou à genou avec ce paysan et ces vieilles pêcheuses, sirotant son café dans une moque de matelot » (BARB. D'AUREV., Memor. A... B...1864, p. 432).
  • Pierre Loti : « Barrada alla vite chercher sa petite moque, qu'il portait pendue à sa ceinture le jour et qu'il serrait la nuit dans un canon » (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 38).
  • Anatole France : « Après m'avoir offert dans un cabaret du faubourg deux moques d'un cidre très dur, qui me fit mal à la tête, il m'emmena dans sa carriole au village de Saint-Pierre » (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 406).

L'impression sur mug[modifier | modifier le code]

Grâce à la sublimation thermique, la personnalisation de mug peut se faire chez soi. Il faut disposer d'une imprimante à sublimation, de papier spécial sublimation, d'une bague ajustable pour bien maintenir le papier sur la tasse et d'un four traditionnel (ou d'un four à mug). Avec une presse à plateau on peut imprimer sur d'autres objets (tee-shirts, tapis de souris), mais pour personnaliser des mugs il faut une presse spéciale mug ou une bague à mug. Pour éviter qu’ils ne se brisent trop facilement, il ne faut pas mettre les mugs dans l’eau froide pour les refroidir ; cela provoque des microfissures qui rendent la tasse plus fragile. Pour refroidir les mugs après l’impression il faut les plonger dans l’eau tiède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]