Mu-métal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bâtiment industriel blindé avec des plaques en mu-métal

Le mu-métal (μ-métal), ou mumétal, ou encore Mu-Metall en allemand, est un alliage de nickel et de fer.

Il existe plusieurs nuances de mumétal en fonction du fabricant. Le mumétal « français » est composé à 80 % de nickel, 15 % de fer, et 5 % de molybdène ; sa désignation symbolique selon la norme européenne est donc NiFe15Mo5. Le Mu-Metall « allemand » est composé à 77 % de nickel, 15 % de fer, 5 % de cuivre et 3 % de molybdène (NiFe15Cu5Mo3).

Ce matériau présente une très haute perméabilité magnétique, de l'ordre de 15 à 500[1], ce qui lui permet d'attirer les lignes de champs magnétiques. Pour avoir ces propriétés, il doit subir un traitement thermique permettant le grossissement des grains (recuit de recristallisation).

Le mumétal tire son nom du symbole μ (i.e. la lettre mu de l'alphabet grec) utilisé pour dénoter la perméabilité magnétique.

La haute perméabilité du mumétal en fait un excellent matériau pour dévier les champs magnétiques statiques ou basse fréquence, contre lesquels les autres méthodes d'atténuation sont peu efficaces.

Il est utilisé dans la fabrication de blindages magnétiques pour l'industrie, la recherche ou encore la haute technologie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.-P. Ferrieux et F. Forrest, Alimentation à découpage, convertisseur à résonance, Dunod, 3e éd.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]