Moundou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moundou
Rond-point principal
Rond-point principal
Administration
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Région Logone Occidental
Département Lac Wey
Démographie
Population 97 952 hab.
Géographie
Coordonnées 8° 34′ 00″ nord, 16° 05′ 00″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tchad

Voir la carte administrative du Tchad
City locator 14.svg
Moundou

Géolocalisation sur la carte : Tchad

Voir la carte topographique du Tchad
City locator 14.svg
Moundou

Moundou est la seconde ville du Tchad et la capitale économique du sud tchadien. Chef-lieu de la région du Logone Occidental et du département du Lac Wey, elle compte 97 952 habitants lors du recensement de 1993.

Géographie[modifier | modifier le code]

Signalétique à l'entrée de Moundou

Situé à l'extrémité sud-ouest du pays, à 475 km au sud de la capitale N'Djamena, la ville est construite sur la rive gauche au nord du Logone à proximité du Lac Wey.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moundou, benjamine de toutes les villes du Tchad, est fondée le par l'administrateur colonial français Joseph-François Reste[1]. Le premier plan cadastral de la ville de Moundou a été confectionné le 2 février 1926, en l'absence de matériaux pour les levées topographiques conséquentes, la canalisation a été orientée vers le fleuve, en croyant que la pente naturelle se dirigerait vers le fleuve alors qu’en réalité, le niveau du fleuve est plus haut que le niveau de la ville. « Chaque fois qu’il y a crue, toutes les eaux du Logone se déversent vers le Lac Wey (à l’Ouest), qui à son tour envahit la ville et inonde entièrement Moundou », a expliqué le Maire de la ville, Laoukein Kourayo Médard.

En 1926, la Société des cotons du Congo installe une usine d'égrenage à Moundou, cette société cotonnière prend par la suite le nom de Cotonfran[2], puis à partir de 1972, Cotontchad. 1927 marque ainsi le début de la diffusion de la culture cotonnière de la région sud du Tchad.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Égrenage et transformation du coton (huilerie, savonnerie) : Cotontchad. L'exportation de coton était avant la découverte de pétrole la première source de devise du Tchad. La culture du coton a été soutenue par la coopération française (par le biais de la CCCE, et la societe publique Dagris), et par le Fonds européen pour le développement de l'Union européenne.

Éducation[modifier | modifier le code]

Moundou abrite plusieurs établissements scolaires et, depuis 2002, un établissement d'enseignement supérieur.

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Lycée Adoum Dallah (public)
  • Lycée de Djarabé

IUT[modifier | modifier le code]

  • IUTEM - Institut universitaire des techniques d'entreprise de Moundou (créé en 2002)

Hautes écoles[modifier | modifier le code]

  • Université de Moundou crée le 5 mars 2008 par l'ordonnance n° 013/PR/2008.
  • Recteur DANADJI Issac de 2002 à 2012
  • Recteur Pr DJARANGAR DJITTA Issa à partir de Novembre 2012

Administration[modifier | modifier le code]

Moundou est divisée quatre arrondissements et 20 quartiers :

Arrondissement Quartiers
(nbre)
Noms des quartiers
1er arrondissement 6 Dombao • Doyon • Tayé • Bebandji • Koudjiriko • Ngara
2e arrondissement 4 Baguirmi • Bornou • Guelbe • Haoussa
3e arrondissement 5 Dombeur • Guelkoura • Quinze ans • Doheri • Mbagué
4e arrondissement 5 Mbombaya • Gueldjem • Dombeur 2 • Koutou Guelmbagué • Madana

Jumelage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Nojibaye, Étude des mécanismes de croissance urbaine du Tchad, l'exemple de Moundou et Sahr (ex Fort Archambault), Université Lille 2, 1976 (thèse de 3e cycle de Géographie)
  • « Moundou et sa région », in Le Tchad aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2010, p. 136-139 (ISBN 9782869504431)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dominique Auzias, Jean-Luc Labourdette, Le Petit Futé, Tchad : Moundou, consulté en 2017
  2. Auguste Chevalier, Revue internationale de botanique appliquée et d'agriculture tropicale : La culture du Cotonnier au Congo belge et en Afrique Equatoriale Française (no 343-344), , bulletin pp. 275-279
  3. [1]