Monsieur Beaucaire (film, 1924)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monsieur Beaucaire
Réalisation Sidney Olcott
Scénario Booth Tarkington
Acteurs principaux
Sociétés de production Jesse L. Lasky, Adolph Zukor
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 106 minutes
Sortie 1924


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Monsieur Beaucaire est un film américain produit par Paramount, réalisé par Sidney Olcott d'après le roman Monsieur Beaucaire de Booth Tarkington et sorti en 1924. Il signe le grand retour à l'écran de Rudolph Valentino.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Duc de Chartres est amoureux de la princesse Henriette, mais elle repousse ses avances. Il s'enfuit en Angleterre sous le nom de M. Beaucaire, et vit comme un roturier. Il force le Duc de Winterset à le présenter à Lady Mary, dont il est tombé amoureux.

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Monsieur Beaucaire marque le retour au cinéma de Rudolph Valentino après deux ans d'absence[1].

Pour ce film dont l'action se situe à la cour du roi de France Louis XV, l'atmosphère est résolument française et francophone. Il y a la danseuse française, Paulette Duval, dont c'est le premier rôle dans un film américain; le Belge André Daven, frère de Valentino dans le film, engagé pour sa ressemblance avec le Latin lover; le Nantais Georges Barbier dessine les 350 costumes du film. Les dialogues du film ont été rédigés en français pour plus de réalisme. Valentino parle le français, de même que Bebe Daniels, Lowell Sherman et Sidney Olcott[2].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Monsieur Beaucaire fait l'objet d'une parodie : Monsieur Don't Care, une comédie de Stan Laurel alias Rhubard Vaselino, produite par Joe Rock pour Standard Cinema Corporation[3].

Le biopic Rudolph Valentino, le grand séducteur (1951), produit par Columbia Pictures, réalisé par Lewis Allen avec Anthony Dexter contient une séquence consacrée à Monsieur Beaucaire.

Sidney Olcott apparaît dans le Valentino de Kurt Russell sous les traits de John Justin. Le film produit en 1977 avec Rudolf Noureev dans le rôle titre. Une séquence forte. Sur le plateau de Monsieur Beaucaire lors d'une scène entre Valentino et Lorna Sinclair (Penny Milford), des techniciens laissent tomber du haut des cintres une houppette, signifiant ainsi que l'acteur est homosexuel. Scandale! Poussé par son épouse Natacha Rambova, Rudy quitte le plateau. Pour donner le change, il honore Lorna... Dédouané, le tournage peut reprendre. Au grand soulagement de Jesse L. Lasky et d'Olcott.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]