Mohamed Saïd Raihani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mohamed Saïd Raihani
Wiki image01.JPG
Mohamed Saïd Raïhani
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
محمد سعيد الريحانيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Mohamed Saïd Raïhani (en arabe : محمد سعيد الرَّيْحَاني), est un écrivain marocain trilingue (en arabe, en français et en anglais). Il est traducteur, romancier et nouvelliste, né le à Ksar el-Kébir. Il est membre de l'Union des Écrivains du Maroc et auteur de plusieurs ouvrages littéraires et journalistiques[1]. Il est titulaire d'un Master en Traduction, Communication & Journalisme de L'École Supérieure Roi Fahd de Traduction à Tanger/Maroc, d'un second master en Écriture Créative (Littérature anglaise) de Lancaster University (Royaume-Uni) et d'une Licence en Lettres Anglaises de lUniversité Abdelmalek Essaadi à Tétouan/Maroc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Enfance et premières attractions vers l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

Mohamed Saïd Raïhani est né le à Ksar el-Kébir où il a fait ses études primaires et secondaires avant d'aller à Tétouan, au nord du Mroc, pour suivre ses études universitaires en littérature anglaise.

Son premier amour, c'était les arts plastiques mais comme il n'a pu accéder à l'école des Beaux-Arts à Tétouan, loin de sa ville natale d’environ 130 kilomètres au nord du Maroc, alors qu’il avait moins de quinze ans, il s’est orienté à la littérature, vers l'âge de 16 ans.

Il a d'abord tenté d'écrire son autobiographie en langue française dans les années lycée. Par la suite, il a commencé à écrire des pièces théâtrales en anglais, vu qu'à l'époque universitaire il était un passionné du grand dramaturge George Bernard Shaw.

Il a également essayé d'écrire la nouvelle puisqu’il était fasciné par les écritures d'Ernest Hemingway. Toutefois, quand il a terminé ses études universitaires et qu’il a intégré le corps de l'enseignement, il s’est passé de l'anglais comme langue d'écriture à l'arabe, la langue de son quotidien et de ses rêves.

Il a, en revanche, gardé son amour pour la nouvelle qui remonte à son enfance. En fait, quand il était petit, une amie de sa mère leur rendait visite tous les après-midi et leur racontait des contes merveilleux qu’il ne savait pas à l’époque qu'il s'agissait des «Mille et une nuits». À cette dame il a fait un hommage très spécial au premier chapitre de son «photo-autobiographie» intitulée «Quand la photo parle[2] ».

Cette dame a aiguisé sa passion pour l’émission tout comme pour la réception des œuvres narratives dès son jeune âge.

Ainsi, il a maitrisé l'habilité à émettre les récits avant d'acquérir les astuces de l'écriture littéraire.

Premiers pas vers l'écriture[modifier | modifier le code]

Pour l’écriture, il s’avoue très reconnaissant pour la matière d'expression écrite à l’époque du lycée. Ce qui l'a encouragé à écrire des textes libres s’agissant du fond et de la forme. Cependant, la lecture des livres des grands écrivains lui a ouvert les yeux sur le processus d'écriture, ses coulisses et ses mécanismes. Ses premières lectures étaient guidées par les séries télévisées qu’il tenait à regarder chaque soir. Ainsi, «Les misérables» de Victor Hugo était peut-être son premier livre francophone qu’il ait choisi de ses propres mains à l’âge de treize ans[3].

Premiers textes narratifs[modifier | modifier le code]

«Amoureux» était sa première nouvelle écrite en 1991 mais elle n’a été publiée que quinze ans plus tard. Cependant, «Sésame, ouvre-toi!», écrite à l’âge de vingt-trois ans, en 1991, a été publiée le 9 mai 1994 sur l’une des plus grandes annexes littéraires au Maroc des années quatre-vingt-dix, «Bayane Al Yawm Al-Thaqafi».

Le texte, «Sésame, ouvre-toi!», est centralisé sur un thème se répétant plusieurs fois dans ses premières nouvelles: Le déluge. C’est une nouvelle qui investit le rêve comme technique narrative dans un voyage allant du rêve individuel au rêve collectif, écrit l'écrivain marocain Mohamed Aslim dans la préface du recueil de nouvelles «En attendant le lever du jour» publié en 2003.

Philosophie littéraire[modifier | modifier le code]

En 2003, il a écrit une nouvelle intitulée “Les trois clefs” (du recueil de nouvelles "Saison de la migration vers tous les lieux", 2005). Cette nouvelle, “Les trois clefs”, renfermera toute sa philosophie vis-à-vis de l'écriture narrative. “Les trois clefs” tirent leur force de la nécessité de prendre conscience de la liberté d'expression, de l'amour de l'œuvre écrite et du fait de rêver de toucher le véritable lecteur. C'est une volonté de réconcilier le texte avec sa fonction et sa nature libre : «Quand la liberté, écrit Mohamed Saïd Raïhani, en constituera la toile de fond, que l'amour en sera la matière et le rêve une forme de récit, la nouvelle aura fait un grand pas pour se libérer de ses jougs. Par ailleurs, quand le créateur prend conscience que l'immunité n'est pas le seul apanage des parlementaires et des politiciens et qu'il y a droit, il pourra écrire des textes libres où il pourra rêver et aimer jusqu'à la lie.»

Œuvres Littéraires Écrites en Arabe[modifier | modifier le code]

  • En attendant le lever du jour (Nouvelles), 2003
  • Saison de la migration vers tous les lieux (Nouvelles), 2006
  • La mort de l'auteur (Nouvelles), 2010
  • Dialogue entre deux générations (Nouvelles), 2011 (Recueil de nouvelles coécrit avec Driss Seghir)
  • L’ennemi du soleil, le clown qui s’avéra monstre (Roman_(littérature)), 2012
  • Derrière chaque grand homme, il y a des nains (Nouvelles), 2012
  • Non à la violence (Nouvelles), 2014
  • Cinquante micro-nouvelles: thème Liberté (Micro-nouvelles), 2015

Œuvres Critiques Écrites en Arabe[modifier | modifier le code]

  • Les Trois Clefs: Une anthologie de la nouvelle marocaine contemporaine (Tome 1: "La Clé de du Rêve"), 2006.
  • Les Trois Clefs: Une anthologie de la nouvelle marocaine contemporaine (Tome 2: "La Clé d'Amour"), 2007.
  • Les Trois Clefs: Une anthologie de la nouvelle marocaine contemporaine (Tome 3: "La Clé de de la Liberté"), 2008

Études & Enquêtes Journalistiques Écrites en Arabe[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la manipulation des concours professionnels au Maroc (Tome 1 de l'Enquête Journalistique Histoire de la manipulation des concours professionnels au Maroc), 2009.
  • Lettres ouvertes au ministre de l'enseignement au Maroc (Tome 2 de l'Enquête Journalistique Histoire de la manipulation des concours professionnels au Maroc), 2011
  • Authenticité du Slogan Médiatique Arabe À Travers L’Étude de l'Image de Presse (Cas du Slogan d'Aljazeera, "L'Opinion & l'Autre Opinion"), 2015.

Études Onomastiques Écrites en Arabe[modifier | modifier le code]

  • La volonté de la singularité (Étude du prénom marocain), 2001

Œuvres Littéraires traduites en Anglais[modifier | modifier le code]

  • Waiting for the Morning (Nouvelles). Bloomington (Indiana/USA): Xlibris, 2013.

Œuvres Littéraires Écrites en Anglais[modifier | modifier le code]

  • Magically Yours! (Nouvelles). Bloomington (Indiana/USA): Xlibris, 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bousselham M'hamdi, Écrivains et Penseurs Contemporains De Ksar El Kébir, Tanger: 1re édition, 2008, page167
  2. Mohamed Saïd Raïhani interviewé par le quotidien marocain «Le Matin», propos recueillis par Kenza Alaoui, 25 août 2008, page8
  3. Mohamed Larbi Lasri, "Écrivains de Ksar El Kébir", Tanger: 1re Édition, Tome 3, 2015, page 239


Liens externes[modifier | modifier le code]