Mitchell Watt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le joueur américain de basket-ball, voir Mitchell Watt (basket-ball).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Watt (homonymie).

Mitchell Watt
Image illustrative de l’article Mitchell Watt
Mitchell Watt lors des Championnats du monde 2011
Informations
Disciplines Saut en longueur
Période d'activité 2009 - 2016
Nationalité Drapeau : Australie Australien
Naissance (31 ans)
Lieu Bendigo
Taille 1,84 m
Poids 83 kg
Records
Détenteur du record d'Océanie du saut en longueur (8,54 m, 2011)
Palmarès
Jeux olympiques - 1 -
Championnats du monde - 1 1
Champ. du monde en salle - - 1
Ligue de diamant 1 - -

Mitchell Watt (né le à Bendigo) est un athlète australien, spécialiste du saut en longueur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mitchell Watt se distingue en juillet 2009 en établissant la marque de 8,43 .m (+2,0 m/s) lors du meeting grec de Réthymnon. Peu après, il remporte la médaille de bronze des Championnats du monde de Berlin avec un saut à 8,37 m réalisé à son cinquième essai[1]. Devancé par l'Américain Dwight Phillips et le Sud-Africain Godfrey Mokoena, il devient le premier athlète australien médaillé dans cette épreuve. Il participe début 2010 aux Championnats du monde en salle de Doha et se classe troisième de la finale avec un bond à 8,05 m (record personnel en salle) dans un concours remporté par son compatriote Fabrice Lapierre[2].

En 2011, Watt remporte les Championnats d'Australie, à Melbourne, et signe un nouveau record personnel avec 8,44 m[3]. Fin juillet, l'Australien s'impose lors du meeting DN Galan de Stockholm et établit à cette occasion un nouveau record d'Océanie du saut en longueur avec 8,54 m dans des conditions de vent régulières de 1,7 m/s, améliorant de six centimètres l'ancienne meilleure marque continentale détenue depuis la saison 2000 par son compatriote Jai Taurima[4]. Il se classe deuxième des Championnats du monde de Daegu en réalisant la marque de 8,33 m (+0,4 m/s) à son deuxième essai, s'inclinant finalement face à l'Américain Dwight Phillips (8,45 m également au 2e essai)[5].

En 2012, Mitchell Watt se classe deuxième des Jeux olympiques de Londres, derrière le Britannique Greg Rutherford et devant l'Américain Will Claye, en établissant la marque de 8,16 m.

Il déclare forfait le 9 juillet 2013 pour les Mondiaux à Moscou en raison d'une préparation tronquée par des blessures (cheville et tendon d'Achille)[6].

Le 31 août 2016, Mitchell Watt annonce mettre fin à sa carrière sportive suite à des blessures répétitives[7]. Sa dernière compétition en plein air remontait à début 2016 (7,57 m)[7].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Marque
2009 Championnats du monde Berlin 3e 8,37 m
2010 Championnats du monde en salle Doha 3e 8,05 m
2011 Championnats du monde Daegu 2e 8,33 m
Ligue de diamant 1er détails
2012 Jeux olympiques Londres 2e 8,16 m

Records[modifier | modifier le code]

Épreuve Performance Lieu Date
100 m 10 s 31 (+1.1 m/s) Drapeau : Australie Gold Coast 18 juin 2011
Saut en longueur Plein air 8,54 m (+1.7 m/s) Drapeau : Suède Stockholm 29 juillet 2011
En salle 8,05 m Drapeau : Qatar Doha 13 mars 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Steve Landells, « Berlin 2009 Event Report - Men's Long Jump - Final », sur iaaf.org, (consulté le 17 avril 2011)
  2. (en) « Résultats des Championnats du monde en salle 2010 », sur iaaf.org,
  3. (en) Len Johnson, « Watt leaps 8.44m, Pearson scores triple victory as curtain falls on Melbourne’s Olympic Park », sur iaaf.org,
  4. (en) Dave Martin, « Cheruiyot, Thorkildsen and Watt world leads, Isinbayeva impresses, Bolt gets his first win in Stockholm – Samsung Diamond League », sur iaaf.org, (consulté le 30 juillet 2011)
  5. (en) « Résultats du concours du saut en longueur des Championnats du monde 2011 », sur daegu2011.iaaf.org (consulté le 2 septembre 2011)
  6. (fr) Forfait de l'Australien Watt, www.sport.fr, le 9 juillet 2013
  7. a et b (en) « Watt a career », sur athletics.com.au (consulté le 3 septembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]