Miron Białoszewski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miron Białoszewski
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Tablica poświęcona Mironowi Białoszewskiemu na ul. Poznańskiej w Warszawie.JPG

plaque commémorative

Miron Bialoszewski monument.JPG

sépulture

Miron Białoszewski (prononciation polonaise [ˈmirɔn bjawɔˈʂɛfskʲi]), né le 30 juin 1922 à Varsovie, Pologne, et mort le 17 juin 1983, est un poète, romancier, dramaturge et acteur polonais. 

Biographie[modifier | modifier le code]

Miron Bialoszewski étudie la linguistique, dans des  cours clandestins, à l'Université de Varsovie durant l'occupation allemande de la Pologne. Après la capitulation de l'Insurrection de Varsovie, il est envoyé dans un camp de travail du Troisième Reich. Il retourne à Varsovie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Tout d'abord, il travaille au bureau de poste central, puis comme journaliste pour un certain nombre de magazines populaires, dont des magazines pour enfants. En 1955, Bialoszewski participe à la fondation d'un petit théâtre appelé Teatr na Tarczyńskiej, où il créée ses pièces Wiwisekcja et Osmędeusze, et les joue, accompagné notamment de Ludmiła Murawska. Il commence la même année à collaborer à l'hebdomadaire Życie literackie (Vie littéraire), comme un de ses contemporains et poète polonais renommé, Zbigniew Herbert. Pendant de nombreuses années, Bialoszewski partage un appartement au 7, place Dąbrowskiego, avec son concubin, le peintre Leszek Soliński.

Son ouvrage Pamiętnik z powstania warszawskiego est publié en 1970. Il y dresse un bilan philosophique de ses annéées de guerre, 27 ans après les faits. Il meurt d'une crise cardiaque le 17 juin 1983.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le nombre donné entre crochets après chaque titre de livre et de l'année de la publication se réfère au volume des Œuvres complètes de Bialoszewski (Varsovie: Państwowy Instytut Wydawniczy, 1987 )  dans lequel les textes publiés à l'origine dans ces livres ont été réimprimés.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Obroty rzeczy (1956) [1]
  • Rachunek zachciankowy (1959) [1]
  • Mylne wzruszenia (1961) [1]
  • Było i było (1965) [1]
  • Wiersze (1976) [7]
  • Poezje wybrane (1976) [7]
  • Miron Białoszewski [in the series Poeci Polscy ] (1977) [7]
  • Odczepić się (1978) [7]
  • Wiersze wybrane i dobrane (1980) [7]
  • Trzydzieści lat wierszy (1982) [7]
  • Oho (1985) [10]

Poésie et prose[modifier | modifier le code]

  • Teatr Osobny (1973) [2]
  • Rozkurz (1980) [8]
  • Stara proza i nowe wiersze (1984) [9, 10]
  • Obmapywanie Europy. Aaameryka. Ostatnie wiersze (1988 – posthumously) [9, 10]

Prose[modifier | modifier le code]

  • Pamiętnik z powstania warszawskiego) (1970) [3]
    English translation by Madeline Levine: A Memoir of the Warsaw Uprising (1977, 1991)
  • Donosy rzeczywistości (1973) [4]
  • Szumy, zlepy, ciągi (1976) [5]
  • Zawał (1977) [6]
  • Przepowiadanie sobie (1981) [9]
  • Konstancin (1991 – posthumously) [9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pl) Stanisław Barańczak, Język poetycki Mirona Białoszewskiego, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, .
  • (pl) Stanisław Burkot, Miron Białoszewski, .
  • Rédaction LM, « Pologne : la fiction envahie par l'histoire », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (pl) Jacek Kopciński, Gramatyka i mistyka. Wprowadzenie w teatralna "osobność" Mirona Białoszewskiego, .
  • Jacek Kopciński, « La grammaire de l'existence (Pani Koch et autres œuvres dramatiques de Miron Białoszewski) », dans Maria Delaperriere, Absurde et dérision dans le théâtre est-européen, (ISBN 2747533484, lire en ligne), p. 213-252 (inscription nécessaire) – via L'Harmattan.
  • Claire Devarrieux, « La maison est vide et silencieuse », Libération,‎ (lire en ligne).

Webographie[modifier | modifier le code]