Mioara Mugur-Schächter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mioara Mugur-Schächter est une physicienne française spécialisée en mécanique quantique fondamentale, théorie des probabilités et théorie de l'information. Elle est également épistémologue (méthodologue) de la génération de savoirs scientifiques. En tant que professeur de physique théorique à l’université de Reims, elle y a fondé le Laboratoire de Mécanique Quantique & Structures de l’Information qu'elle a dirigé jusqu'en 1997. Actuellement elle est présidente du Centre pour la Synthèse d'une Épistémologie Formalisée.

Biographie et travaux[modifier | modifier le code]

Elle est arrivée en France en 1962, venant de Bucarest (Roumanie)[1] où elle était chercheur à l'Institut de Physique Atomique et Maître de Conférences à l'Institut de Constructions.

À Bucarest, au cours de la période 1957-1959, elle a élaboré solitairement la première invalidation de la preuve du théorème de John von Neumann affirmant l'impossibilité de paramètres cachés compatibles avec le formalisme quantique et a réussi à faire parvenir le manuscrit, en anglais, à Louis de Broglie[2]. En France elle a transformé l'invalidation du théorème de von Neumann en une Thèse d'État sous le direction de Louis de Broglie. Cette thèse a été publiée en 1964 chez Gauthier Villar, dans la collection « Les Grands Problèmes des Sciences », sous la forme d'un livre intitulé Étude du caractère complet de la théorie quantique.

Ses publications en France ont débuté de manière critique par deux invalidations de théorèmes fondamentaux d'impossibilité :

  1. L'invalidation du théorème de von Neumann mentionnée ci-dessus (incorporée à sa thèse).
  2. L'invalidation du théorème de Eugene Wigner sur l'impossibilité de probabilités conjointes de position et de quantité de mouvement compatibles avec le formalisme quantique.

À partir de 1980, elle a développé des recherches radicalement constructives dans le domaine des probabilités quantiques, de la théorie de l'information, de la mécanique quantique.

Elle a construit une « fonctionnelle d'opacité d'une statistique face à la loi de probabilité qui agit ».

Elle a élaboré une Méthode de Conceptualisation Relativisée (MCR) qui concerne en toute généralité la création de savoirs scientifiques, c'est-à-dire communicables, consensuels, prédictifs et vérifiables. C'est une méthode qualitative mais formalisée au sens de la syllogistique courante. Cette méthode générale incorpore : une unification de variantes relativisées des conceptualisations logique et probabiliste ; l'identification de la genèse du concept d'entropie informationnelle de Shannon à l'intérieur de la théorie classique des probabilités (relativisation de la fonctionnelle d'opacité citée plus haut) ; une représentation relativisée du temps psychique et du temps public.

Elle a construit l'Infra-Mécanique Quantique (IMQ), une structure de référence et d'immersion de toute représentation mathématique intelligible des microétats.

Elle a proposé une Deuxième Mécanique Quantique directement enracinée dans la factualité microphysique et construite bottom-up.

Quelques ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Étude du caractère complet de la théorie quantique, livre, 1964, Thèse de doctorat dirigée et préfacée par Louis de Broglie qui incorpore l'invalidation du théorème de Von Neumann mentionné plus haut, Gauthier Villar, Les Grands Problèmes des Sciences, 1964
  • « Réflexion sur le problème de localité », in Einstein 1979-1955, Colloque du Centenaire, Collège de France, 6-9 juin 1979, Éditions du CNRS, p. 249–264, 1980
  • « Study of Wigner’s Theorem on Joint Probabilities », Found. Phys., Vol. 9, p. 389–404, 1979.
  • « Le concept nouveau de fonctionnelle d’opacité d’une statistique. Étude des relations entre la loi des grands nombres, l’entropie informationnelle et l’entropie statistique », Anns. de l’Inst. H. Poincaré, Section A, vol XXXII, no 1, p. 33–71, 1980
  • The Probabilistic-Informational Concept of an Opacity Functional, (en collab. avec N. Hadjissavas), Kybernetes, p. 189–193, Vol. 11(3), 1982
  • « Esquisse d’une représentation générale et formalisée des descriptions et le statut descriptionnel de la mécanique quantique », Epistemological Letters, Lausanne, cahier 36, 1984, p. 1–67.
  • « Spacetime Quantum Probabilities, …. Part I… », Found. of Phys., Vol 21, no 12, p. 1387–1449, 1991
  • « Spacetime Quantum Probabilities Part II : Relativized Descriptions and Popperian Propensities », Founds. of Phys., 235-312, Vol. 22, 1992
  • « Toward a Factually induced Spacetime Quantum Logic », Found. of Phys., Vol. 22, no 7, p. 963–994, 1992
  • « From Quantum Mechanics to Universal Structures of Conceptualization and Feedback on Quantum Mechanics », Found. of Phys., Vol. 23, no 1, 37-122, 1993
  • « Quantum Probabilities, Komogorov probabilities, and Informational Probabilities », Int. J. of Theor. Phys., Vol. 33, no 1, p. 53–90, 1994
  • « Une méthode de conceptualisation relativisée... », Revue Int. de Systémique, Vol. 9, p. 269–303, 1995
  • « Objectivity and Descriptional Relativities », Foundations of Science 7, p. 73–180, 2002
  • « Quantum Mechanics versus a Method of Relativized Conceptualization », in Quantum Mechanics, Mathematics, Cognition and Action, Proposals for a Formalized Epistemology, M. Mugur-Schächter and Alwyn Van Der Merwe eds., Kluwer Academic, 2002, p. 109–307;
  • Sur le tissage des connaissances[3], livre, Hermès-Lavoisier, 2006
  • L'infra-mécanique quantique arXiv:0903.4976v1 [quant-ph], 2009
  • Infra-Quantum Mechanics and Conceptual Invalidation of Bell's Theorem on Non-Locality (en français), arXiv:0903.4976v3 [quant-ph], 2013
  • « On the Concept of Probability », in Special issue on Probabilities, Randomness ans Statistics, in Mathematical Structures in Computer Science, Cambridge University Press, M. Mugur-Schächter invited ed., 2014
  • Principles of a Second Quantum Mechanics rooted in factuality and constructed bottom-uparXiv:1506.00431v4 [quant-ph]
  • L'Infra-Mécanique Quantique, Indéterminisme, Non-Localité, livre, Éditions Universitaires Européennes, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sommaire sur le site de l'ENS
  2. Interview en 2014 dans  The Human Face of ComputingImperial College Press, 2015, page 311, réalisée par Cristian Calude (affichée sur le site personnel)
  3. Présentation et commentaires par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin sur le site Automates Intelligents, 27 juillet 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]