Miguel Enriquez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Miguel Enríquez
Miguel Enriquez.png

Miguel Humberto Enríquez Espinosa

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 30 ans)
SantiagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cementerio General de Santiago (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Miguel Humberto Enríquez EspinosaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
Parti politique

Miguel Humberto Enríquez Espinosa (né le à Talcahuano, Chili et mort le à Santiago du Chili)[1] est un médecin et homme politique chilien qui fut Secrétaire général du Mouvement de la gauche révolutionnaire chilienne (en espagnol: Movimiento de Izquierda Revolucionaria) de 1967 jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Miguel Miguel Humberto Enríquez Espinosa est né le à Talcahuano.

Coup d'état et décès[modifier | modifier le code]

Après le coup d'état du 11 septembre 1973, mené par Augusto Pinochet, Miguel Enríquez et d'autres membres du MIR (Movimiento de la Izquierda Revolucionaria, Mouvement de la gauche révolutionnaire) refusent l'asile politique offert par plusieurs ambassades étrangères et se positionnent contre l'exil politique. Par la suite, ils commenceront l'organisation d'activités clandestines contre la dictature d'Augusto Pinochet.

Après le coup d'état, Enríquez devient l'un des hommes les plus recherchés par les autorités. Il finira par être abattu, le au cours d'un affrontement avec les agents de la Direction de l'intelligence nationale (DINA) (en espagnol: Dirección de Inteligencia Nacional) dans la ville de San Miguel depuis laquelle il dirigeait les actions du MIR et dans laquelle vivait sa compagne Carmen Castillo. Au cours de l'affrontement, Carmen Castillo, enceinte de 6 mois, fut blessée. Elle survécut mais perdit son enfant. Miguel Enríquez a été enterré au cimetière général de Santiago. Après sa mort, l'institut supérieur de Sciences médicales (ISCM-H) de La Havane (Cuba), baptisa son nouvel hôpital "Dr Miguel Enríquez Espinosa" en son honneur.

En 2016, 42 ans après sa mort, 5 ex-agents de la DINA sont menés devant un tribunal chilien avec l'accusation d'avoir assassiné Miguel Enríquez[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miguel Enríquez
  2. « 42 ans après l’assassinat d’un leader chilien de gauche, ses meurtriers sont enfin jugés », sur Magazine International,‎ (consulté le 28 octobre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]