Michel Péguri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Péguri.
Michel Péguri
Naissance
Paris
Décès
Paris
Activité principale musicien, accordéoniste, compositeur, luthier

Michel Péguri, né en 1883 à Paris et mort en 1958 dans la même ville, est un accordéoniste, luthier et compositeur français. Second fils de Félix Péguri, avec entre autres ses frères Charles et Louis, il fait partie de la première génération d'accordéonistes à promouvoir l'accordéon en tant qu'instrument de musique à part entière. Il est particulièrement reconnu comme un artiste brillant, un compositeur prolixe, ainsi qu'un fabricant et un artisan particulièrement apprécié pour son accordage.

Il travaille d'abord comme maçon chez son oncle Joseph à Nogent, et se produit parallèlement au bal de la Montagne Sainte-Geneviève en compagnie d'Émile Vacher.

Avec son orchestre il travaille avec Fréhel en 1926[1].

D'un tempérament particulièrement névrosé, extrêmement timide, rêveur, complexé malgré ses compétences, il finit par abandonner la pratique de l'accordéon, puis de toute activité en général. « Donnant tout à son entourage, ne sachant rien garder pour lui, il a confondu une humanité qui ne lui a rien rendu, avec ses petits amis à plumes qui lui ont donné « une Aubade d'Oiseaux » qui fit son nom et qui, mieux, aurait pu faire sa fortune. »

Michel Péguri n'a jamais voulu s'enregistrer à la SACEM, se privant ainsi financièrement du succès de ses œuvres. Il se suicide en 1958 en sautant du cinquième étage de son appartement.

Avec son frère Louis, il est commémoré dans les cartes à échanger N° 19 « les As du Musette » du dessinateur Robert Crumb.

Ses œuvres essentiellement de style musette sont de nos jours encore des références: Aubade d'Oiseaux (valse); Tourbillon (valse); Entraînante (valse); Feux Follets (valse); Reine de Musette (valse); Bourrasque (valse); Martelette (polka, écrite avec Jean Peyronnin); Mignonette (valse); Aubade d'Oiseaux (valse, écrite avec L. Michaud); Flore Tyrolienne (valse); Amoureuse Rencontre (valse); Entraînante (valse); Rossignol et Pinson (polka écrite avec son frère Louis); Tentation (valse écrite avec Belliard et P. Brébant); Le Petit Bal du Milieu (java écrite avec Vacher, Braval et Deroger); Enivrante (valse) Bourrasque (mazurka, écrite avec Jean Peyronnin); Fantaisie (polka, écrite avec Jean Peyronnin); Gracieuse (valse, écrite avec Jean Peyronnin); Souvenir de Parme (valse, écrite avec Jean Peyronnin)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1926
    Musette (Cojac - Flouron)
    Décembre. Valse chantée par Fréhel de l'Empire. Acc. Michel Péguri et son Orch. Parlophone n°22009 Matrice 95028-2
    Reprise Septembre 1928. Fréhel de l'Empire. Idéal Saphir 8581 Matrice JD 1041. Orch. Michel Péguri. 2'38
    Quand on a trop de cœur (Tremolo - Flouron)
    Décembre. Valse chantée par Fréhel de l'Empire. Acc. Michel Péguri et son Orch. Parlophone n°22009 Matrice 95029-2
    Reprise septembre 1928. Fréhel de l'Empire. Idéal Saphir 8582 Matrice JD 1042. Orch. Michel Péguri. 2'22)

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Du bouge... au conservatoire: roman de l'accordéon et de l'art musical populaire », Louis Péguri, Jean Mag, éd World Press, 1950.
  • « La belle histoire de l'Accordéon », Roland Manoury, André Clergeat, éd Habana / JMB, 2002, EAN 356-5-38112-000-8