Michèle Lacrosil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français image illustrant la Guadeloupe
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français et la Guadeloupe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michèle Lacrosil, née le à Basse-Terre, morte le à Paris[1], est une femme écrivain française, originaire de la Guadeloupe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michèle Lacrosil est l'auteur de seulement trois romans. Son œuvre a davantage été étudiée par des universitaires américains que par des Français[1].

Ses deux premiers livres sont écrits à la première personne, à la différence du troisième, sans doute en réaction aux critiques reçues[2]. Ils sont le témoignage des « déchirements culturels que ressent une jeune Guadeloupéenne »[3], notamment confrontée au racisme. Les points communs des deux romans peuvent laisser penser que les personnages principaux, Sapotille et Cajou, ne sont qu'une même personne[4].

Écrit à la troisième personne, le dernier roman revêt davantage un caractère de fresque sociale historique[5]. Ses obsèques ont lieu au cimetière de Montmartre[6](10e division).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Smith, Michèle Lacrosil : Novelist with a Color complex, The French Review, mars 1974
  • Christiane Perrin Makward, Madeleine Cottenet-Hage, Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : De Marie de France à Marie NDiaye, éd. Khartala, 1996, 641 p.
  • (en) Femi-Ojo Ade, Being Black, Being Human : More essays on black culture, Africa World Press, 1996, 322 p.
  • Susan B. Rinne, Joëlle Vitiello-Yewell, Elles écrivent des Antilles : Haïti, Martinique, Guadeloupe, 1997, 397 p.
  • Nathalie Schon, L'auto-exotisme dans les littératures des Antilles françaises, éd. Khartala, 2003, 326 p.
  • (en) Dawn Fulton, Cajou's Reason: Michele Lacrosil and Post-War Intellectual Liberalism, The Romanic Review, vol.95, 2004
  • (en) Daniel Balderston, Mike Gonzalez, Encyclopedia of Latin American and Caribbean Literature, 1900-2003, Routledge, 2004, 666 p. Lire en ligne

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décès de la romancière Michèle Lacroisil, France Antilles, 21 décembre 2012
  2. Susan B. Rinne, Joëlle Vitiello-Yewell, Elles écrivent des Antilles : Haïti, Martinique, Guadeloupe, Michèle Lacrosil : La libération par l'écriture ou comment vomir de soi, L'Harmattan, Paris, 1997, 397 p., p. 123 Lire en ligne
  3. Nathalie Schon, L'auto-exotisme dans les littératures des Antilles françaises, éd. Khartala, 2003, 326 p., p. 74 Lire en ligne
  4. (en) Femi-Ojo Ade, Being Black, Being Human : More essays on black culture, Africa World Press, 1996, 322 p., p. 120 Lire en ligne
  5. Christiane Perrin Makward, Madeleine Cottenet-Hage, Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : De Marie de France à Marie NDiaye, éd. Khartala, 1996, 641 p., p. 343 Lire en ligne
  6. RCI : Obsèques de Michèle Lacrosil