Meditations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Méditation.
Meditations
Album de John Coltrane
Sortie 1965
Enregistré 23 novembre 1965
Durée 40:31
Genre Jazz
Producteur Bob Thiele
Label Impulse!
Critique

Albums de John Coltrane

Meditations est un album composé par John Coltrane, enregistré le 23 novembre 1965. On y retrouve le quartet classique (Tyner/Garrison/Jones) augmenté pour l'occasion par un autre saxophoniste ténor (Pharoah Sanders) et d'un autre batteur (Rashied Ali).

Cet opus se situe dans la dernière période de l'artiste (1965-67), amorcée par le célèbre A Love Supreme. Celle-ci est très proche de ce que l'on appelle alors « Free jazz » ou « New thing ». Meditations rejoint moins le mouvement contestataire en faveur de la cause noire qu'il ne s'inscrit dans une dimension spirituelle, comme en témoigne le titre The Father and The Son and The Holy Ghost. Cette recherche d'une spiritualité autre reste tout de même très près dudit mouvement d'émancipation en ce qu'elle remet en question les croyances occidentales qui ont été imposées au peuple afro-américain depuis leur arrivée en Amérique.

L'album est subdivisé en deux grandes parties, la première étant composée de deux mouvements, l'autre de trois. Les mouvements au sein d'une partie étant joués de manière continue, la seule véritable pause se situe entre la piste 2 (Compassion) et 3 (Love).

Présentation[modifier | modifier le code]

Le titre d'ouverture, The Father and The Son and The Holy Ghost explosif et difficile d'accès, est une excursion à travers le dissonant, l'atonal. Coltrane et Sanders se livrent à des solos ébouriffants poussant leurs instruments dans leurs derniers retranchements, avec une variété d'effets sonores inédits. Le solo de Sanders se démarque tout particulièrement, usant un registre suraigu que l'on ne pouvait soupçonner à l'époque, comme le souligne A. B. Spellmann pour Down Beat magazine[réf. nécessaire] : « ...a register that I didn't know the tenor had. »

Le deuxième mouvement, Compassion, est plus calme et nettement plus accessible, débutant par un solo de McCoy Tyner conventionnel (suivant une ligne harmonique), mis en valeur par les relances incessantes des deux batteurs usant d'une rythmique multi-directionnelle, chère à Coltrane.

Après une brève pause, le contrebassiste Jimmy Garrison introduit le titre Love, dans un sombre solo non accompagné. Puis le leader le rejoint, puis le pianiste, puis les batteurs, puis Pharoah Sanders se surajoute formant un cocktail paré pour un crescendo explosif, nous amenant ainsi au deuxième mouvement de la deuxième partie : Consequences. Les deux solistes conversent alors, puis Coltrane se retire laissant Sanders méditer et arriver à un degré d'intensité inouï.[interprétation personnelle]

En 1966, lors d'un entretien avec Nat Hentoff à propos de cet album, Coltrane dira que « les émotions sont impétueuses et ne peuvent être policées, braquées dans des chemins sages et généralement admis du beau ou de la symétrie. »[réf. nécessaire]

Enfin, après ce déferlement passionné, l'album s'achève avec douceur et quiétude. L'épilogue Serenity est apaisant, mis entre les mains de McCoy Tyner, qui clôture avec brio cette formidable épopée.

Titres[modifier | modifier le code]

Toute la musique est composée par John Coltrane.

No Titre Durée
1. The Father and The Son and The Holy Ghost 12:52
2. Compassion 6:51
3. Love 8:10
4. Consequences 9:12
5. Serenity 3:30

Musiciens[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Scott Yanow, « Meditations - Review », sur allmusic.com (consulté le 18 février 2013).