Mausolée de l'ayatollah Khomeini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mausolée de l'ayatollah Khomeini
Image illustrative de l'article Mausolée de l'ayatollah Khomeini
Vue du mausolée de l'ayatollah Khomeini en 2009
Présentation
Nom local حرم سید روح‌الله خمینی
Culte Chiisme
Type Mausolée
Début de la construction 1989
Fin des travaux En cours
Géographie
Pays Iran
Coordonnées 35° 32′ 57″ nord, 51° 21′ 59″ est

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Mausolée de l'ayatollah Khomeini

Le mausolée de l'ayatollah Khomeini (en farsi : حرم سید روح‌الله خمینی) est un complexe funéraire situé à proximité du cimetière de Behesht-e Zahra, à Téhéran, en Iran. Il abrite les restes du premier guide de la révolution islamique iranienne, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, décédé en 1989, de son épouse Khadijeh Saqafi ainsi que ceux de son second fils, Ahmad Khomeini, mort en 1995.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le sarcophage de l'ayatollah et de son fils Ahmad.

La construction de ce vaste ensemble commence en 1989, peu de temps après la mort du guide iranien, et se poursuit toujours de nos jours. Une fois achevé, le complexe devrait atteindre une superficie de 20 kilomètres carrés, rassemblant salles de prières, université d'études islamiques, centre mémoriel et boutiques de souvenirs.

Le site est un lieu de pèlerinage qui est fréquenté occasionnellement par les instances dirigeantes et certaines délégations étrangères en visite en Iran. Il est géré par le petit-fils de l'ayatollah Khomeini, Hassan Khomeini.

Le tombeau de l'ayatollah repose dans un édifice inspiré des grandes mosquées de Perse, couvert d'une vaste coupole dorée et flanquée d'une série de quatre minarets. L'entrée est caractéristique de l'architecture persane, intégrant un iwan monumental orné de carreaux de céramique. L'intérieur, qui comprend une qibla (mur indiquant la direction de La Mecque) et une maqsura, n'est pas à proprement parler une mosquée, mais une hosseiniyeh[1]. Le sarcophage, entouré d'une grille finement ouvragée, est situé sous le dôme. Il est éclairé par une série de baies ornées de vitraux représentant des tulipes, symbole du martyr en Iran. Huit grandes colonnes en marbre soutiennent le dôme.

Le mausolée est ouvert à la visite, et est également accessible aux non-musulmans. Les visiteurs peuvent donner de l'argent en le faisant passer à travers la grille. L'argent déposé par les visiteurs est redistribué à des associations d'anciens combattants et de victimes de la guerre Iran-Irak, ou à des cantines populaires pour nourrir des pauvres.

Attaques terroristes[modifier | modifier le code]

Le , un attentat est perpétré contre l'édifice[2], sans toutefois porter atteinte à sa structure. Le , le mausolée est une nouvelle fois l'une des cibles d'attentats perpétrés également contre les locaux du Parlement iranien. Cette double attaque est revendiquée le jour même par l'État islamique. Au mausolée, l’attaque a fait deux morts et cinq blessés, selon l’agence IRNA[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Kaplan, Ends of the Earth, A journey at the Dawn of the 21st Century, Random House, 1996, p.179
  2. Suicide bomber attacks Khomeini shrine in Iran
  3. Fusillade et attentats-suicide en cours à Téhéran, La Croix, 7 juin 2017.