Mathieu Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hubert.

Mathieu Hubert, prêtre de l'Oratoire et prédicateur français, né à Châtillon-sur-Colmont, près de Mayenne, en 1640, mort à Paris le 22 mars 1717.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, quoique pauvres, l'envoyèrent faire ses études au Mans. Il étudia la rhétorique auprès de Jules Mascaron, alors professeur au collège de cette ville. Puis il entra dans la congrégation de l'Oratoire en 1661, et fut chargé pendant quelques années d'enseigner les belles-lettres. Il se consacra ensuite, pendant plus de quarante ans, à prêcher soit à la cour, soit à Paris ou dans les provinces.

Louis Bourdaloue, qui se plaisait à l'entendre, rendait justice à ses talents.

« Sa manière de raisonner, dit l'éditeur de ses œuvres, n'avait point cette sécheresse qui fait perdre l'onction du discours, et ne tenait rien de cette élocution trop étudiée qui l'affaiblit à force de la polir. »

Hubert disait que Massillon, son confrère, devait prêcher les grands, les riches, et lui le peuple et les pauvres. Il répondit avec humilité à un seigneur qui lui rappelait, devant une nombreuse assemblée, qu'ils avaient fait leurs études ensemble.

« Je n'ai garde de l'oublier, monsieur ; vous aviez la bonté de me fournir des livres et de me donner de vos habits. Sans vos secours, que je me fais gloire d'avouer, j'aurais eu bien de la peine à rester au collège. »

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sermons... Édité par Gilles de Monteul[1], oratorien. Paris, Veuve Roulland, 1725. 5 tomes en 6 vol. in-8 ̊[2]. Réédité : Paris : E.-F. Savoye, 1745, et dans la Collection intégrale et universelle des orateurs sacrés du premier, du second ordre, publiée par M. l'abbé Jacques-Paul Migne. Tome 27.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théologien et prédicateur, c'est lui qui a fait imprimer, mis en ordre et écrit la préface de l'ouvrage de Mathieu Hubert. Monteul a aussi laissé en manuscrit une concordance des livres des Macchabés.
  2. T. I-III. Pour le caresme ; T. IV. Pour l'avent ; T. V, 1re partie. Sur quelques mystères, vesture et profession religieuse ; T. V, 2e partie. Sur différens sujets, panégyriques et oraison funèbre de la reine Marie-Thérèse d'Autriche.

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas