Mary Jemison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mary Jemison vêtue en indienne.

Mary Jemison (1743 - 19 septembre 1833) était une irlandaise du nord. Enlevée par des Indiens Sénéca, elle s'est particulièrement illustrée en négociant un traité de paix pour sa tribu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Jemison était la fille de Thomas et Jane Jemison et est née à bord du navire William and Mary en 1743[1]. Ce navire faisait la traversée entre l'Irlande du Nord et l'Amérique. À leur arrivée en Amérique on les emmena à l'ouest de Philadelphie en Pennsylvanie, qui était à l'époque la frontière de l'Ouest. Les Jemisons établirent leur maison dans le territoire contrôlé par les Iroquois.

Pendant ce temps, la guerre de la Conquête faisait rage. Un jour de 1755, un groupe de six Amérindiens et de quatre Français capturèrent Marie et sa famille[2]. En route pour Fort Duquesne (l'actuelle Pittsburgh), la mère et le père de Marie furent tués. Quand ils arrivèrent à destination, des Amérindiens Sénécas enlevèrent Marie et l'adoptèrent[3].

Plus tard, elle se maria avec un Amérindien Delaware nommé Sheninjee[4]. Ils eurent un fils qu'ils nommèrent Thomas, comme le père de Marie[5]. Sheninjee pris sa femme et son fils pour faire une grande marche jusqu'à la vallée de Sehgahunda (l'actuel État de New-York), le long de la rivière Genesee. Cependant, Sheninjee n'arriva pas à destination car il mourut de maladie[6].

Marie Jemison s'installa dans l'ancien clan de Sheninjee et ils établirent leur camp dans l'actuelle New-York. Plus tard elle se remaria avec un Sénéca nommé Hiakatoo et eut six enfants avec lui. Marie Jemison a passé le reste de sa vie avec les Sénécas. Elle était alors connue comme étant la femme blanche de la  Genesee. Elle mourut le 19 septembre 1833 à 90 ans[7].

Rôle politique[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution américaine, les Sénécas étaient les alliés des Britanniques. Ils aidèrent Joseph Brant et les guerriers Iroquois qui se battaient contre les colons. Après la guerre, Marie Jemison se porta volontaire pour négocier des droits pour sa tribu. Elle obtint un traité de paix : « le traité du gros arbre » en 1797.

Hommages artistiques[modifier | modifier le code]

À la fin de sa vie, elle raconta son histoire au ministre anglais James E. Seaver qui la publia sous forme de récit narratif : Narrative of the Life of Mrs. Mary Jemison. Maintenant, Marie Jemison a une statue de bronze créée en 1910 par Henry Kirke Bush-Brown à New York en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seaver 1856, p. 35-35
  2. Seaver 1856, p. 41-42
  3. (en) Mary Jemison Marker sur le site hmdb.org, consulté le 22 juin 2014
  4. Seaver 1856, p. 67
  5. Seaver 1856, p. 68
  6. Seaver 1856, p. 102
  7. Seaver 1856, p. 240

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James E. Seaver, A narrative of the life of Mary Jemison,‎ 1856 (lire en ligne)