Marsilea quadrifolia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marsilea quadrifolia
Description de cette image, également commentée ci-après
Marsilée à quatre feuilles
Classification
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Pteridophyta
Classe Filicopsida
Ordre Hydropteridales
Famille Marsileaceae
Genre Marsilea

Espèce

Marsilea quadrifolia
L., 1753

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Marsilée à quatre feuilles ou Fougère d'eau à quatre feuilles (Marsilea quadrifolia) est une fougère aquatique de la famille des Marsileaceae. Cette fougère rare est protégée sur tout le territoire français.

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

La Marsilée à quatre feuilles présente un rhizome rampant et des frondes isolées portées par un long pétiole. Ces frondes font penser à un trèfle à quatre feuilles ; elles sont en effet divisées en quatre folioles de forme triangulaire à ovale, à disposition en rosette. Les frondes flottent à la surface de l'eau.

À la base du pétiole, il se forme des frondes fertiles modifiées appelées sporocarpes, de forme ovoïde. Ils portent des sores sur la face inférieure. La face supérieure est épaisse et dure. La période de sporulation va de juillet à novembre, et le mode de dissémination est hydrochore.

Répartition géographique et habitat[modifier | modifier le code]

La Marsilée à quatre feuilles se rencontre dans les régions où règne un hiver doux.

Elle vit sur la bordure des plans d'eau stagnante (mares, fossés) et sur les terrains temporairement inondés. C'est une fougère rare et protégée en France.

En Chine, dans la région de Suzhou, elle est cultivée à des fins alimentaires[1].

En Bulgarie, elle a comme nom vernaculaire celui d'une herbe magique, la raskovnik.

Utilisation alimentaires[modifier | modifier le code]

Marsilia quadrifolia est encore cuisinée en Chine, dans la région de Suzhou, sautée avec de l'ail haché, et agrémentée de sauce de soja[1]. Cette espèce est également connue et consommée au Cambodge, où elle est le plus souvent appelée "chân-tul phnom" (ចន្ទល់ភ្នំ). Selon l'ethnobotaniste François Couplan, à Madagascar, une espèces proche, locale, est mangée en brède (comme légume, cuit avec le riz dans l'eau)[2].

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Cette espèce est inscrite sur la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire français métropolitain en Annexe I.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b www.sinogastronomie.com
  2. Couplan, François (2009) Le régal végétal : plantes sauvages comestibles ; Editions Ellebore, 527 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :