Marie-Ève Sténuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Eve Sténuit
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Genre artistique

Marie-Ève Sténuit, née le à Uccle, est un écrivain belge de langue française. Elle est la fille de l'archéologue sous-marin Robert Sténuit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Ève Sténuit est historienne de l’art et archéologue. Elle pratique l'archéologie sous-marine, et participe à des fouilles terrestres au Proche-Orient. Elle partage son temps entre la Belgique et l'Indonésie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Frères Y, Bordeaux/ Paris, France, Éditions Le Castor Astral, coll. « Escales du Nord », 2005, 222 p. (ISBN 2-85920-612-4)
- Prix littéraire du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2008[1]
  • La Veuve du gouverneur, Bordeaux/ Paris, France, Éditions Le Castor Astral, coll. « Escales des lettres », 2006, 298 p. (ISBN 978-2-85920-694-9)[2]
  • Le Bataillon des bronzes, dessins de Chris De Becker, Bordeaux/ Paris, France, Éditions Le Castor Astral, coll. « Escales des lettres », 2007, 148 p. (ISBN 978-2-85920-737-3)[3]
  • Un éclat de vie, Bordeaux/ Paris, France, Éditions Le Castor Astral, coll. « Escales des lettres », 2011, 83 p. (ISBN 978-2-85920-874-5)
  • Le Tombeau du guerrier, Paris, Serge Safran éditeur, 2012, 188 p. (ISBN 979-10-90175-03-7)[4]
  • Les Frères Y, suivi de Les Véritables Frères Y, Bordeaux/ Paris, France, Éditions Le Castor Astral, coll. « Escales du Nord », 2015, 304 p. (ISBN 978-2-85920-952-0)
  • Femmes pirates. Les Écumeuses des mers, Paris, Éditions du Trésor, 2015, 185 p. (ISBN 979-10-91534-15-4)[5]
  • Une femme à la mer ! Aventures de femmes naufragées, Paris, Éditions du Trésor, 2017, 224 p. (ISBN 979-10-91534-28-4)
  • Femmes en armes - Les guerrières de l'Histoire, Paris, Éditions du Trésor, 2019, 186 p. (ISBN 979-10-91534-44-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Communiqué de presse - Finale du prix littéraire 2008 — », sur Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles / Communauté française (consulté le )
  2. Adrienne Nizet, « Marie-Eve Sténuit ne juge pas », sur Le Soir, (consulté le )
  3. C.P., « Les bronzes se rebellent », sur La Libre Belgique18 juillet 200830 novembre 1999 (consulté le )
  4. Pierre Maury, « Le passé à la lumière du présent », sur Le Soir, (consulté le )
  5. Souen Léger, « Marie-Eve Sténuit : le freak, c’est chic », sur Livres Hebdo, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]