Marfa Sobakina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marfa Sobakina
Image illustrative de l’article Marfa Sobakina
reconstitution faciale de Marfa Sobakina

Titre Tsarine de Russie
Prédécesseur Maria Temrioukovna
Successeur Anna Koltovskaïa
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance Marfa Vasilevna Sobakina
Naissance
Décès
Père Vassili Sobakine
Conjoint Ivan IV de Russie

Marfa Vassilievna Sobakina (en russe : Марфа Васильевна Собакина) est une tsarine russe née en 1552 est morte en 1571. Elle a été la troisième épouse de Ivan IV de Russie, dit le Terrible.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Marfa Vassilievna est la fille de Vassili Sobakine, un marchand de Novgorod ou de Kolomna.

Sélection comme épouse d'Ivan IV[modifier | modifier le code]

Ivan IV a ordonné aux boyards d'envoyer dans la capitale leurs filles d'âge nubile en vue de son mariage. Un premier choix a été effectué entre quelque deux mille candidates. Marfa a été choisie par Ivan pour sa beauté parmi les douze dernières prétendantes.

Maladie, mariage et mort[modifier | modifier le code]

Quelques jours après, Marfa commence à dépérir d'un mal mystérieux. La supposition la plus plausible est qu'elle ait été involontairement empoisonnée par sa mère qui lui a donné une potion censée augmenter sa fertilité. Malgré le fait qu'elle perde rapidement du poids et tenait à peine debout, Marfa et Ivan se sont néanmoins mariés le à Aleksandrov[1]. Martha meurt quelques jours plus tard, le . Ivan, se souvenant de la mort de sa première épouse Anastasia Romanovna Zakharine, a immédiatement soupçonné un empoisonnement et a mis à mort vingt de ses sujets, y compris Mikhaïl Temriouk, frère de sa précédente épouse Maria Kabardie Temriouk, qui a été empalé.

Exhumation[modifier | modifier le code]

En 1990, les restes de Marfa Vassilievna Sobakina ont été exhumés. Son corps était dans un état de conservation remarquable, mais très vite il devint noir et tomba en poussières. L'analyse n'a révélé aucune intoxication aux métaux lourds ni autres substances persistantes. Cela n'exclut cependant pas l'utilisation de poison d'origine végétale qui ne se prête pas à une analyse chimique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]