Marc Louis Benjamin Vautier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marc Louis Benjamin Vautier
Benjamin Vautier (1829 -1898 ).jpg
Benjamin Vautier, autoportrait
Naissance
Décès
Nationalité
Suisse
Activité
Maître
Lieu de travail
Mouvement

Marc Louis Benjamin Vautier, dit l'Aîné, ou plus simplement Benjamin Vautier, est un peintre suisse né à Morges le 27 avril 1829 et mort le 25 avril 1898 à Düsseldorf. Établi dans la capitale du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il en devint l’un des maitres de l’école locale de peinture de genre. Il est l’arrière-grand-père de l’artiste Ben (Benjamin Vautier).

Notes biographiques[modifier | modifier le code]

Fidèles à l'église du village 1858
Enfants au repas de midi, 1857
Bertha Vautier, 1864

Fils du futur pasteur Rodolphe Benjamin Louis (alors encore maître au collège de Morges) et de Jeanne Marie Sophie Chevalier, il fréquente dès 1839 le collège secondaire de Morges, puis suit des cours à l’Académie de Lausanne avant d’entreprendre à Genève un apprentissage de peintre sur émail chez Jacques Aimé et Charles Louis François Glardon. Il quitte cependant bientôt cette activité pour entrer dans l’atelier du peintre Jean-Léonard Lugardon[1].

À 21 ans, en 1850, il se rend à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, où il entre dans la classe de peinture de Karl Ferdinand Sohn, suivant aussi les cours de Heinrich Mücke en théorie de l’anatomie et des proportions. Il ne reste cependant que huit mois dans cette institution, préférant une formation dans l’atelier prestigieux de Rudolf Jordan. Il devient membre de l’association d’artistes Malkasten. Inspiré par l’exemple de Ludwig Knaus qui deviendra son ami et avec qui il voyage en Forêt-Noire et en Suisse, particulièrement dans l’Oberland bernois (1853), puis encore en Suisse et à Paris (1856-1857), il se décide à se consacrer à l’illustration de la vie paysanne et à la peinture de genre [2].

Il s’installe définitivement à Düsseldorf et y épouse en 1858 Bertha Louise Euler, fille de notaire. Il reste dorénavant établi dans cette ville, travaillant parfois en association avec Carl d’Unker (de). On lui connait une dizaine d’élèves privés. Durant une cinquantaine d’années il produit en moyenne cinq œuvres par année, toiles et dessins aujourd'hui éparpillés en Europe et aux États-Unis.

Son œuvre comporte également une importante activité d'illustrateur, notamment pour La grande ferme de Karl Leberecht Immermann, ou de Hermann et Dorothée, de Johann Wolfgang von Goethe.

L'artiste décède à Düsseldorf le 25 avril 1898, et l’Allemagne officielle lui rend hommage, y compris l’empereur Guillaume II, qui fait déposer une couronne. Benjamin Vautier laisse quatre enfants : 1) Charles Joseph Benjamin Vautier (*1860), peintre à Paris. 2) Clara Antonia Vautier (1862-1944), mère du peintre paysagiste Otto von Wätjen, 3) Otto Adolph Paul Vautier (1863-1919), peintre lui-même et père de deux peintres de l’école genevoise, Otto Vautier (1894-1918) et Benjamin Vautier (1895-1974). 4) Paul Louis, née en 1865, qui suivit une carrière commerciale[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Vautier reçoit des diplômes de reconnaissance honorifique émanant de l'Ordre de François-Joseph, de l'Ordre de l'Aigle rouge, de l'Ordre de Saint-Michel (Bavière) (Benjamin Vautier).

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • Adolf Rosenberg, Vautier (mit 111 Abbildungen nach Gemälden und Zeichnungen) (Künstler Monographien 23), édition Verlagen und Klasing, Bielefeld, Leipzig, 1897.
  • Charles Vuillemin, Benjamin Vautier: souvenirs, éd. Georges Bridel, Lausanne 1898.
  • Sylvain Bauhofer, Benjamin Vautier (1829-1898). Chronique d’un village utopique (Mémoire de licence Université de Lausanne), Lausanne 1993, 2 vol.
  • Jacques Longchamp, Marc Louis Benjamin Vautier (dit l’Ancien). Une monographie, Genève, Slatkine, (ISBN 978-2-8321-0692-1).
  • (en) « VAUTIER, Benjamin or Marc Louis Benjamin, the Elder (1829 - 1898), Painter, draughtsman, illustrator », notice du Dictionnaire Bénézit, lire en ligne, (ISBN 978-0-199-89991-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Langer, article Vautier, Benjamin dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. a et b Longchamp 2015, p. 39-47.