Marc Kowalczyk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Kowalczyk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
ClamartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Marc Kowalczyk est un compositeur, musicologue et pédagogue (du piano) français, né le à Clamart (France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Kowalczyk a étudié en Conservatoire le piano, l'harmonie, l'analyse musicale et la composition[1],[2],[3] et à l'université Paris Sorbonne-Paris IV la musicologie[4],[5]. Il a écrit plusieurs ouvrages de référence (Ouvrages musicaux dans l'ombre, Recueil de citations sur la musique, Roger Tessier compositeur, Dictionnaire du mot piano, Vincent d'Indy sa vie son œuvre son art son caractère) et de nombreux articles sur la musique du XXe siècle[6],[7]. Défenseur de la musique de son temps (fondateur de l'Association pour la promotion de la musique contemporaine)[8] Marc Kowalczyk donne régulièrement des conférences musicales (sur la musique contemporaine mais aussi sur Robert Schumann, Anton Bruckner, Georg Friedrich Haendel...). En tant que compositeur, il se fait connaître lors d'une résidence à Thouars (France) en 1995[9],[10]. En 1998 il compose l'opéra policier Délit d'innocence[11]. Il développe le concept de résidence en à Vanves (92, France) avec d'autres artistes (peintres, poètes, réalisateurs, danseurs, photographes, sculpteurs, acteurs...)[12].

C'est à partir de 2009 qu'il élargit l'idée de résidence en invitant son œuvre Au cœur du piano[13],[14],[15](communauté de communes des Pieux[16], Communauté de communes de Nay[17],[18],[19] ville de Cherbourg-Octeville[20],[21] ville de Loon-Plage[22], ville de Charleville-Mézières[23], Pibrac[24], Saint-Lo[25], communauté de communes de Signy-le-Petit[26], Grasse[27]...). Au cœur du piano est sa méthode de piano (en 2 volumes). Publiée en 2004, ré-éditée en 2016[28], cette méthode de piano propose ses morceaux originaux (dont plusieurs 4 mains pour deux élèves de même niveau) suivant une pédagogie innovante (formation musicale et technique comprises, pratiques pianistiques progressives...). Il compose des œuvres de tout style (contemporaines et modernes) qui sont pour la plupart enregistrées sur CD (15 parutions).

Il a fondé en 2014 le Festival intergénérationnel[29],[30].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Hopasko (1992) pour orchestre à cordes, éditions Les productions d'Oz (Québec, Canada)[31]
  • Trois rêves d'enfants (1992) pour piano 6 mains, éditions Soldano
  • Samedi (1992) pour guitare solo, éditions Delatour (France)
  • Miroir(s) (1993) pour flûte traversière solo, éditions Soldano (France)
  • Final d'orchestre (1993) pour orchestre symphonique, éditions Laurent Volet (Suisse)
  • ... Et leurs idées reçues (1994) pour orchestre d'harmonie, commande d'État[32]
  • Répétitions (1994) pour quatuor de flûtes traversières, éditions Laurent Volet (Suisse)
  • Obscures lumières contemporaines (1994) pour orgue (ou piano), éditions Pierre Lafitan (France)
  • Air de décembre (1994) pour clarinette, éditions Delatour France[33]
  • Première Idée (1995) pour piano solo, éditions Pierre Lafitan (France)
  • Genèse (1995) pour piano 4 mains (ou 2 pianos)
  • Éveil musical (1995) pour 2 clarinettes, éditions Musicales Européennes (France)
  • Pour une danse (1996) pour flûtes traversière et piano
  • Délit d'innocence (1998) opéra policier sur un livret de Jean-François Seren-Rosso, pour orchestre de chambre, 2 sopranos, 1 mezzo, 1 baryton, 1 basse et 4 figurants
  • Un théâtre de sons (1998) pour traversière, clarinette, violon, violoncelle et piano
  • Stochos (1998) pour orchestre symphonique
  • Voix contemporaines (1998) pour 2 instruments à vent et bande magnétique
  • Tout autour de nous (2002) chanson variété française pour un duo mixte, King Cameleo Production
  • Dance for ever (2003) chanson rumba pour un chanteur (paroles anglaises)
  • Revey a moin, mi rev (2003) chanson zouk love pour un chanteur (paroles créoles)
  • A chance to be free (2004) chanson dancefloor pour une chanteuse (paroles anglaises)
  • Intermezzo de l'avenir (2004) pour piano solo, éditions Pierre Lafitan (France)
  • Doa Singkat (2014) pour violoncelle et flûte traversière
  • Encollages (2014) pour bande magnétique, violoncelle et clarinette
  • Ito Iseda (2014) pour bande magnétique et piano 4 mains
  • Rursus (2015) pour piano

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Vivien, Portraits de compositeurs, Rêveurs d’inouï, Mercuès, P.O. Éditions, collection Échos du XXème siècle, , 120 p. (ISBN 978-2-912062-01-7), p. 64
    Livre de photographies
  2. collectif, 4èmes Victoires de la musique classique en France, Aide mémoire de la production phonographique et des spectacles, Paris, Sacem, , 140 p., p. 75
  3. Jean-Noël von der Weid, La musique du XXème siècle, Paris, Hachette/Pluriel (édition revue et augmentée), , 382 p. (ISBN 2-01-019054-8), p. 275
    En France, de la génération de Dusapin, ou de celles qui suivent, des esthétiques différentes peuvent solliciter l’attention. ainsi, celles de […] Marc Kowalczyk (*1973). À la recherche d'un son nouveau
  4. « Catalogue SUDOC », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le )
  5. « Catalogue SUDOC », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le )
  6. Marc Kowalczyk, « La mandoline face à la musique contemporaine », Le plectre n°13,‎ , p. 8, 9
  7. Marc Kowalczyk, « Une timbale moderne », Percussions n°42,‎ , p. 6 à 14
  8. Collectif, « Créations », Journal officiel n°20 – 124ème année,‎ , p. 1452
  9. Yves Chuillet, « Thouars sera la capitale de la musique contemporaine », Hebdo d’info du Saumurois n°722,‎ , Couverture et 4 :

    « Concerts, expos, conférences… Thouars à l’heure de la musique contemporaine […] avec comme invité vedette le jeune compositeur Marc Kowalczyk […] Dans notre travail, nous avons toujours trois axes. Tout d’abord, la création en co-production, avec bien sûr la diffusion. Mais nous attachons aussi beaucoup d’importance à la formation du public et en particulier des jeunes. Nous avons ainsi établi un programme pour que tout le monde en profite, aussi bien les musiciens et les professeurs de musique, que le public non-initié. »

  10. « Marc Kowalczyk « un trouveur de sons » à rencontrer », Courrier de l’ouest n°45,‎ , p. 14 :

    « Deux conférences, hier et lundi, ont invité le public à une promenade dans ce paysage complexe que constitue la musique moderne. Le guide : un jeune homme nommé Marc Kowalczyk. Dans un langage simple et précis, ponctué d’illustrations musicales, il présente la musique d’aujourd’hui comme « une musique vivante ». Le compositeur se définit comme un chercheur, un trouveur de sons qui essaie de créer quelque chose de nouveau. De l’esthétique de Ravel ou de Debussy, à la musique répétitive, en passant par les architectes du son ou l’école acoustique, les approches sont multiples dit Marc Kowalczyk. Un compositeur inclassable. Dans ce foisonnement, diverses choses sont à découvrir. On aimera ou pas, mais l’on pourra choisir. Au milieu de ce paysage, Marc Kowalczyk est inclassable. Il a touché à plusieurs formes de composition. »

  11. Jacques Doucelin, « Délit d’innocence à la Sorbonne », Le Figaro n°16713,‎ , p. 22 :

    « Petit polar lyrique. L’informatique a permis au jeune compositeur Marc Kowalczyk de réaliser un très grand nombre de combinaisons instrumentales. Un opéra dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne, voué d’ordinaire aux cours magistraux, constitue déjà un évènement. Un opéra policier l’ait davantage encore. […] L’ouvrage, en deux actes et trois tableaux de près de deux heures, sera dirigé par Pascal Pistone à la tête de la vingtaine de musiciens d’Arte Viva […] Cinq solistes incarneront les protagonistes […] Ecrire un opéra est un évènement pour un compositeur. Marc Kowalczyk s’y est préparé en écrivant Un théâtre de sons pour formation orchestrale. Il a ajouté cette fois, la voix… et un nombre calculable seulement par ordinateur de combinaisons de séries de notes (447), de combinaisons rythmiques (1172) et de combinaisons d’accords (306). Cela m’a pris trois mois de travail informatique, précise le compositeur. Chaque combinaison n’est utilisée qu’une seule fois. Le résultat est une musique expressionniste. L’informatique est au moins un terrain commun aux investigations policières et musicales. »

  12. « Rencontres artistiques, Carte blanche au talent », Vanves infos n°134,‎ , p. 22 :

    « Durant tout le mois de juin, Vanves a vécu sous le signe de l’art ou plus exactement des arts, avec les rencontres artistiques autour du jeune compositeur Marc Kowalczyk. Cette première édition du festival, couronnée de succès, a permis au public de découvrir diverses facettes de la création contemporaine. Les manifestations, organisées en différents points de la ville, rendaient aisément accessibles à tous, néophytes, amateurs éclairés ou professionnels, des œuvres souvent méconnues du grand public. La confrontation entre musique, arts plastiques, photographie et cinéma a d’autant plus enrichi ces rencontres et généré une complémentarité entre artistes aux pratiques diverses. La mise en place d’ateliers avec des enfants et des adultes a été particulièrement bien accueillie. […] Point d’orgue du festival, le concert de clôture, quelque peu perturbé par l’incendie du théâtre (il a donc eu lieu à l’hôtel de ville) a consacré le talent de Marc Kowalczyk et de ses interprètes. […] Autre temps fort, l’exposition, présentée à l’espace Albert Gazier, qui rassemblait douze plasticiens (peintres, sculpteurs, photographes…) autour du thème de la musique. Si la musique n’adoucit pas toujours les mœurs, à Vanves, elle favorise les rencontres comme en témoigne ce festival qui a mobilisé nombre d’artistes et d’associations, ainsi que les services municipaux. Et p.23 : Biblio-club. Pétillante création. Décidément, le Biblio-club ne tarit pas d’idées pour titiller l’instinct créatif des jeunes Vanvéens. Pendant deux mois, en amont du Festival des Arts, les enfants ont planché sur les œuvres de Marc Kowalczyk. Ils ont entrepris de créer un engin qui représentait les sons et les rythmes de la musique. […] L’hôtel de ville a accueilli la première représentation, en musique, de la machine à bulles lors d’un pétillant goûter pendant le festival Kowalczyk. Mais, vous pourrez la découvrir en juillet au Biblio-club… »

  13. « Jeux d’enfant. », Diapason n°520,‎ , p. 24 :

    « Compositions savoureuses, judicieux dosage des difficultés : c’est le plaisir du jeu qui guide la méthode de piano conçue par le jeune compositeur Marc Kowalczyk. Décliné en deux volumes successifs offrant quatre-vingts pages en couleurs, Au cœur du piano dévoile la géographie du clavier aux plus de cinq ans, encouragés par les nombreuses illustrations et synthèses pédagogiques. Pour les futurs Argerich et Pletnev, un troisième volume regroupe les nombreuses pièces à quatre mains qui jalonnent le parcours. »

  14. Robert Harmon, « Au coeur du piano », Piano magazine n°43,‎ , p. 9 :

    « Intelligemment construits, remplis de petits morceaux originaux et joliment réalisés, ces deux livres sont à recommander vivement, tant par la clarté de l’apprentissage que par la logique de sa progression. Rien d’abêtissant ni de démagogique. Rien de trop difficile non plus. Si cette petite méthode est conçue pour « apprendre en s’amusant », elle n’en reste pas moins sérieuse et professionnelle dans sa réalisation. Comme le dit très justement Marc Kowalczyk, son auteur, la concentration de l’élève est dirigée sur un point bien précis et ne se délite ni ne s’éparpille jamais. Qui plus est, l’attention portée aux détails, la précision des phrasés, les nombreux doigtés, pour ne rien dire de la qualité de la gravure (d’une lisibilité et d’une limpidité remarquables) font de ces deux cahiers un outil de travail de qualité qui pourra servir de complément aux quelques rares grandes méthodes classiques qui suivent les pas de l’élève jusqu’à la toute fin de ses études, ce qui n’est évidemment pas le cas ici puisque seulement deux volumes existent, s’arrêtant ainsi environ à la fin de la deuxième année d’études. On peut considérer qu’un enfant d’environ cinq ans est tout à fait à même de se plonger dans l’étude du premier volume de cette méthode. On apprécie également le petit tableau – en début de volume – intitulé Principales acquisitions et qui résume de manière limpide et organisée les principales notions étudiées et apprises, tant sur le plan rythmique que mélodique ou encore des différents signes utilisés, facilitant ainsi la mémorisation des divers éléments. Une réussite de plus pour le courageux éditeur qu’est Pierre Lafitan et dont l’importance ne cesse de croître – à juste titre – ces dernières années. »

  15. « Piano : la méthode de Marc Kowalczyk », sur La Lettre du Musicien (consulté le )
  16. français, « Un concert pour clore la résidence « Au cœur du piano ». », La presse de la Manche dimanche n°1111,‎ , p. 9 :

    « Les jeunes musiciens viennent de clore brillamment cette résidence avec un concert enregistré en public. […] et le compositeur a innové cette année, le concept de résidence d’artiste : ce n’est plus lui désormais l’invité principal mais l’une de ses œuvres d’Au cœur du piano, qu’il a donc convié à l’école de musique avec des animations musicales et concert. Au cours de la soirée, les différentes classes : ensemble de guitares, clarinettes, chorales, piano, flûtes, saxophones… soit près d’une centaine de musiciens et choristes ont ainsi présentés vingt-six créations mondiales de Marc Kowalczyk que le public pourra réécouter lors de la sortie du CD de la résidence qui est prévu au cours de ces mois d’avril-mai… »

  17. « Est-Béarn », La république des Pyrénées n°19876,‎ , p. 15 :

    « Mais ce qui, sans nul doute, va constituer l’évènement pour tous les membres de l’école et les mélomanes en général, c’est la venue d’un compositeur de musique dans le cadre du projet pédagogique 2009-2010. L’école de musique de la Vath Vielha accueille en effet Marc Kowalczyk pour une résidence musicale les 15, 16 et 17 avril. Au cours de ces trois journées, le compositeur va diriger des ateliers musicaux, intervenir dans le milieu scolaire, expliquer comment sont écrits les morceaux de sa méthode Au cœur du piano. »

  18. « Une ode reprise en chœur », L’éclair n°19880,‎ , p. 19
  19. Mireille Caillé, « Musique en partage », Sud ouest,‎ , p. 19
  20. « Projet Kowalczyk 2014 - Ecole de Musique Cantonale de Torigni & Condé sur Vire », Ecole de Musique Cantonale de Torigni & Condé sur Vire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Une cinquantaine d’élèves de l’école de musique en concert », La presse de la Manche n°20047,‎ , p. 11
  22. « Annonce », La voix du nord n°20986,‎ , p. 17
  23. Manessa Terrien, « 200 artistes sur scène revisitent "Peau d'âne" », L’Ardennais n°21490,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  24. « Pas de bémol au concert », La dépêche du Midi Ouest,‎ , p. 33 (lire en ligne)
  25. « Musique magique de Marc Kowalczyk », La presse de la Manche n°21238,‎ , p. 16
  26. COLAS, « College public Multisite Signy-le-petit - Liart SIGNY LE PETIT », sur sepia.ac-reims.fr (consulté le )
  27. « Au coeur du piano », sur archives.nicematin.com (consulté le )
  28. Daniel Blackstone, « Au cœur du piano », sur www.leducation-musicale.com (consulté le )
  29. « St-Nazaire : un festival intergénérationnel », Presse Océan,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « Festival intergénérationnel : histoire de la musique, le samedi 7 », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « Treize », Le courrier de l’ouest n°49,‎ , p. 19 :

    « C’est le nombre d’élèves des écoles de musique de Thouars et de Bressuire qui, sous la direction de Daniel Renard, ont joué sur les guitares Hopasko, Série 16. Une trame dense, un rythme marqué de brisures et de décrochements qui dynamisent la mélodie. Un son qui voyage de paire en paire et qui revient comme un écho. On ne peut s’empêcher de penser à Bartok et Stravinsky… quoi que ! Une dimension de Marc Kowalczyk qui mériterait d’être approfondie dès que le compositeur sera susceptible de voyager sans risque. »

  32. « Création mondiale », L’indépendant catalan n°47,‎ , p. 5 :

    « Un beau spectacle illustré par une phrase de Marc Kowalczyk : La musique demeure en soi un symbole de la beauté de l’âme. »

  33. (en) Luca Luciano, « Air de décembre », The clarinet volume 40 n°4,‎ , p. 98 :

    « Kowalczyk’s solo clarinet piece makes great use of extended techniques and unusual sound effects in a straightforward structure: a series of eight-bar lines divided into a simple idea of three bars that use standard techniques and five bars that feature a variety of sound effects. The threebar segments are made of two recurring ideas, one is lyrical and often legato, and the other uses a lively, bouncy staccato. Both ideas help release the tension created by the sound effects used in the second segment. The score is introduced by a page explaining (in French) the symbols used so the performer has a better idea of the type of sound effect the composer is specifying. The difficulty of the piece is familiarizing oneself with almost 15 different symbols used and absorbing the music in a way that it all comes out naturally. Some are better known extended techniques, like growling, flutter tongue and slap tongue. Others leave the execution of the effect to the performer, such as “résidu harmonique” (multiple sounds where only the root is written) and “oscillation” created by a kind of quarter-tone or microtone trill. Other unusual effects include: fingering the written note producing only air and no sound, clearing the throat while playing a note, playing a note while singing another, sometimes vocalizing the word “a-te-na-ri-chou” and singing the written note through the instrument . The music has a kind of descriptive character, and all these effects are meant to create a series of sounds (or noises) typical of a windy, winter day with a desolate ending where the throat F-sharp is first whispered, then growled before fading out leaving only the voice in the instrument. »

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]