Marasme des Oréades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marasmius oreades

Le marasme des Oréades (Marasmius oreades), ou faux mousseron, cariolette, coriolette ou carrioleta est une espèce de champignons basidiomycètes de la famille des Marasmiaceae.

Le genre Marasmius auquel il appartient compte de nombreuses espèces caractérisées par leur résistance à la pourriture et leur aptitude à reprendre après dessiccation leur consistance première si on les humecte.

Bien que l'on trouve ce champignon jusqu'en plaine, les Oréades auxquelles il est dédié sont, comme leur nom[1] l'indique, des nymphes des montagnes.

Quant à l'appellation « faux mousseron », elle le distingue des nombreuses autres espèces baptisées « mousseron » selon les régions, dont le tricholome de la Saint-Georges qui pour les puristes serait le mousseron vrai. Lequel d'entre les mousserons est à l'origine de l'anglais mushroom est bien difficile à dire.

Description[modifier | modifier le code]

Marasmius oreades
  • Chapeau de 2 à 6 cm, d'un roux pâle blanchissant encore par la sécheresse, ou fauve un peu carné, chamois ou brunâtre, coriace, élastique, campanulé puis étalé, bosselé et restant longtemps mamelonné, sillonné à la marge.
  • Lames blanc carné, épaisses, assez larges, très espacées et interveinées, libres.
  • Pied cylindrique, 4 à 10 cm, grêle, plus pâle que le chapeau et s'éclaircissant vers le sommet, creux et élastique[2], très coriace, il se tord en se desséchant.
  • Chair mince, pâle, difficilement putrescible et partiellement hygrophane.
  • Odeur caractéristique de foin coupé puis de sciure fraîche légèrement cyanique se développant encore plus par dessication[3].

Écologie[modifier | modifier le code]

Le Marasme des Oréades pousse du printemps à l'automne, souvent en grand nombre (en touffes, alignés formant des veines qui suivent les racines sous-jacentes ou parfois en ronds de sorcières) dans les clairières, prairies, voire pelouses, et au bord des chemins[4]. Dans l'Est du Canada, il pousse de juin à octobre, uniquement sur les pelouses.

La larve du coléoptère Pseudovadonia livida se développe dans l'humus et s'y nourrit du mycélium du Marasme des Oréades[5].

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Le marasme des Oréades est un excellent comestible, notamment en omelette. Il se prête aussi particulièrement bien à la dessiccation. Le pied coriace est généralement jeté, ou utilisé pour parfumer un bouillon.

Espèces proches et risques de confusion[modifier | modifier le code]

Les marasmes comptent, comme dit plus haut, de très nombreuses espèces assez semblables, ne différant parfois que par des caractères microscopiques, et qui ne sont pas toutes aussi goûteuses, voire pas toutes comestibles.

Les débutants pourront également confondre, sans grand danger, Marasmius oreades avec certains laccaires, à la couleur plus uniforme et l'habitat plus forestier. D'autres confusions plus grossières avec de petits clitocybes comme le clitocybe laiteux, de taille similaire,avec un pied légèrement plus épais et un peu plus blanc avec des lamelles plus serrées et décurrentes ou inocybes poussant dans l'herbe ont été signalées. La prudence est de mise,car par exemple, le clitocybe laiteux est considéré comme très toxique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. nom
  2. Revient à sa place à la pliure.
  3. Jacques Delmas, Les champignons et leur culture1989, Flammarion, la maison rustique, p. 459
  4. Edmund Gardweidner, Les champignons, Nathan, , p. 48
  5. (en) H Özdikmen, S Turgut, « A review on the genera Pseudovadonia Lobanov et al., 1981 and Vadonia Mulsant, 1863 (Coleoptera: Cerambycidae: Lepturinae) », Munis Entomology & Zoology, vol. 4, no 1,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]