Manuel Bryennios

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuel Bryennios
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Μανουήλ ΒρυέννιοςVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Directeur de thèse
Élève

Manuel Bryennios (Μανουήλ Βρυέννιος) est un savant et humaniste byzantin dont le floruit se situe autour de l'an 1300, sous le règne de l'empereur Andronic II Paléologue. Ami et correspondant de Maxime Planude[1], il fut l'un des principaux acteurs de la Renaissance culturelle byzantine de cette époque. Il aurait appris « la mathématique » (c'est-à-dire les sciences du quadrivium) auprès d'un savant originaire de Perse[2]. Sa passion pour l'astronomie lui aurait longtemps valu la méfiance et le mépris de la société byzantine cultivée[3]. On a conservé de lui un traité en trois livres sur l'harmonique, qui est une compilation de traités antiques sur cette matière (Ptolémée, Adraste, Aristoxène, Euclide, Nicomaque de Gérase, Théon de Smyrne). Ce traité connut un très grand succès à Byzance et pendant la Renaissance occidentale (59 manuscrits du XIVe et du XVIIe siècle ; 2 traductions latines pendant la Renaissance, et une autre accompagnant l'édition grecque de Wallis à Oxford en 1699). Manuel Bryennios est également connu pour avoir été, à partir de 1312-1313, le professeur d'astronomie ptolémaïque de Théodore Métochite, jouant ainsi un rôle crucial dans la renaissance de cette discipline à Byzance.

Édition de texte[modifier | modifier le code]

  • G. H. Jonker, Μανουήλ Βρυεννίου Ἁρμονικά, The Harmonics of Manuel Bryennius, traduction, notes, introduction et index, Wolters-Noordhoff Publishing, Groningen, 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maxime Planude, Epistulae, 33, éd. Leone p. 66 (Planude demande à Bryennios de lui prêter son exemplaire de l'Arithmétique de Diophante pour le comparer au sien).
  2. Théodore Métochite, Poèmes, I, 644.
  3. Id., Stoicheiosis astronomikè, éd. Bydén, p. 417-435 ; Planude, Ep. cit..