Maison des Babayagas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Malson de retraite des Babayagas à Montreui en novembre 2019

La maison des Babayagas est une création originale de résidence pour femmes âgées située à Montreuil (Seine-Saint-Denis), dont la conceptrice est Thérèse Clerc, militante féministe française.

Concept[modifier | modifier le code]

Portant un regard différent sur le vieillissement[1], la Maison des Babayagas, tirant son nom d'une figure de vieille sorcière de conte russe[2], constitue un projet particulièrement innovant[3]. Il est en effet pensé comme une « anti-maison de retraite » permettant aux femmes qui l'habitent de se prendre en charge et s'entraider pour bien vieillir[4].

Mené par une association, il se veut un lieu de vie privilégiant l'autonomie et la démocratie participative[2]. Par ailleurs, il s'accompagne d'une Université populaire, l'UNISAVIE[2].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Thérèse Clerc[5] commença à y réfléchir en 1995, à la suite de la mort de sa mère. Le projet, bien avancé en 2003, en pleine année de la canicule, se heurta à de nombreuses difficultés, notamment en termes de financement[6]. Cependant, il finit par aboutir grâce à l'obstination de Thérèse Clerc et le soutien qui lui fut apporté. Les travaux débutèrent en octobre 2011[4] et la maison des Babayagas fut inaugurée en février 2013.

Le bâtiment de six étages compte vingt-et-un logements pour femmes de plus 60 ans[1] et quatre pour des jeunes de moins de 30 ans[4]. Les parties communes accueillent des activités ouvertes aux résidentes, comme des ateliers de dessin[1].

Charte[modifier | modifier le code]

Une charte est élaborée et rédigée comme fondement de la vie dans cette communauté intentionnelle[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Juliette Harau, « La Maison des Babayagas, l’« anti-maison de retraite » à Montreuil », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 21 juin 2016)
  2. a b et c « éducation populaire », sur www.educationpopulaire93.fr (consulté le 22 juin 2016)
  3. Anne Rodier, « A Montreuil, la Maison des Babayagas pose un regard différent sur le vieillissement », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 juin 2016)
  4. a b et c Bénédicte Manier, Un million de révolutions tranquilles : Comment les citoyens changent le monde, Les Liens qui Libèrent (LLL), , 328 p. (ISBN 979-10-209-0009-8, lire en ligne), p. 244-246.
  5. redaction, « Thérèse Clerc, La maman des Babayagas », sur nananews.fr (consulté le 21 juin 2016)
  6. « Les Babayagas, la silver solidarité au quotidien », sur Libération.fr (consulté le 8 juin 2016)
  7. « Mort de Thérèse Clerc, fondatrice de la Maison des Babayagas », sur TV5MONDE, (consulté le 21 juin 2016)