Maison de Solms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armoiries des comtes de Solms

La Maison de Solms est une ancienne famille de la haute noblesse allemande, qui prétendait remonter à Othon, frère du roi Conrad Ier de Germanie († 918), tandis que son premier membre connu est le seigneur Marquardus de Sulmese, mentionné comme témoin au monastère de Schiffenberg à Giessen en 1129.

Les territoires de la maison de Solms avec immédiateté impériale mesuraient environ 40 km sur 24, et étaient situées sur les deux rives de la Lahn, près des terres de Nassau, de la Hesse et de Wetzlar. Le chef de la lignée de Braunfels est devenu Prince du Saint-Empire en 1742, celui de Hohensolms-Lich en 1792. Les principautés et comtés de la famille ont été médiatisées en 1806.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les deux territoires de Solms (SO)

Vers l'année 1100 les seigneurs de Solms construisirent le château de Solms. En 1223 ils sont devenus des comtes du Saint-Empire romain germanique. En 1246 le châteaux de Braunfels est mentionné pour la première fois, devenant la résidence principale après la destruction du château de Solms en 1384.

Vers 1250 la famille s'est divisée en Solms-Burgsolms (à Solms et Braunfels) et Solms-Königsberg-Hohensolms au château de Königsberg à Biebertal, et après 1320 aussi au nouveau château de Alt-Hohensolms qui fut détruit par la cité de Wetzlar en 1349, et alors remplacé par le château de Neu-Hohensolms à Hohenahr. La lignée de Königstein-Hohensolms est éteinte en 1364, laissant Hohensolms à la lignée de Burgsolms, qui s'avait auparavant divisé en Solms-Burgsolms (au château de Greifenstein) et Solms-Braunfels. Après que les comtes de Solms-Burgsolms sont éteints en 1415, les comtes de Solms-Braunfels, désormais dernière branche existente, possédaient toutes les propriétés de la famille.

En 1418 les comtes de Falkenstein-Münzenberg s'éteignirent et leur héritage fut divisé entre les comtes de Solms-Braunfels, d'Eppstein et d'Isenburg-Büdingen. Ainsi les Solms ont acquis Münzenberg, Greifenstein, Hungen, Lich et Laubach et en 1461 Rödelheim et Assenheim.

En 1537 le comte Philippe de Solms-Lich (1458-1544), conseiller des empereurs Maximilien Ier et Charles Quint, ainsi que de Frédéric III de Saxe, acquit la seigneurie de Sonnewalde. En 1596 le comte Otto de Solms-Laubach acquit la seigneurie de Baruth et en 1602 il a hérité du comté de Wildenfels. Ces trois possessions étaient siutées plus à l'est et éloignées des anciens territoires: Sonnewalde et Baruth faisaient partie de l'Électorat de Saxe jusqu'à 1815, puis alors du Royaume de Prusse, tandis que Wildenfels était un comté d'immédiateté impériale jusqu'à 1706 et depuis une seigneurie comtale privilégiée dans l'Électorat de Saxe qui en 1806 devenait le Royaume de Saxe.

Branches[modifier | modifier le code]

Les armoiries des princes de Solms-Braunfels

La famille s'est alors encore divisée en deux lignées :

  • la lignée de Solms-Braunfels, de laquelle sont issues les branches:
    • Solms-Braunfels (éteinte en 1693)
    • Solms-Hungen (éteinte en 1678 et inhéritée par les Solms-Braunfels)
    • Solms-Greifenstein (devenu comtes de Solms-Braunfels en 1693 et princes du Saint-Empire depuis 1742; régnant jusqu'en 1806; éteinte en 1989)
  • la lignée de Solms-Lich qui s'est divisée en 1548 en:

Tous les territoires de la famille étaient médiatisés à partir de 1803, bien que Wildenfels l'était dèjà en 1706, tandis que Baruth et Sonnewalde n'avaient jamais d'immédiateté impériale. Après avoir perdu ce statut semi-souverain, les branches de la famille sont alors devenues des Standesherren.

Situation contemporaine[modifier | modifier le code]

Le prince Georg Friedrich de Solms-Braunfels (1890-1970) laissa son héritage à sa fille Marie Gabrielle (1918–2003) qui épousait le comte Hans Georg von Oppersdorf (1920–2003). Ses enfants portent alors le nom comtes d'Oppersdorf-Solms-Braunfels et possèdent encore le château de Braunfels. Une derniére branche cadette de Solms-Braunfels est éteinte en 1989.

Les autres branches de la famille existent toujours. Les possessions dans l'Allemagne de l'Est étaient expropriées en 1945, y compris surtout ceux de Sonnewalde, de Baruth et de Wildenfels. Dans sa région d'origine qui fait aujourd'hui parti de la Hesse, les autres branches on vendu quelques châteaux (en particulier Hohensolms, Münzenberg, Hungen et Rödelheim), mais possèdent encore quelques-uns: Les princes de Solms-Hohensolms-Lich résident à Lich, les comtes de Solms-Laubach à Laubach (avec aussi l'Abbaye d'Arnsburg), les comtes de Solms-Rödelheim-Assenheim à Assenheim et une branche des comtes de Solms-Sonnenwalde héritait en 1914 du château de Weldam à Hof van Twente dans les Pays-Bas qu'elle possède toujours. Le prince de Solms-Baruth racheta sa propriété du château de Baruth après la Réunification allemande, mais son fils ainé en disposa après sa mort.

Personnalités[modifier | modifier le code]


Châteaux[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]