Magdeleine Mocquot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magdeleine Mocquot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Édouard Quénu (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata

Magdeleine Mocquot, née le 4 décembre 1910 à Paris, morte le 29 avril 1991 à Paris[1], est une artiste-peintre, graveur, sculpteur et médailleur française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Magdeleine Mocquot, fille du professeur Pierre Mocquot, révèle très précocement ses talents de peintre et de dessinateur. Soutenue notamment par son grand-père, le professeur Édouard Quénu, elle étudiera la sculpture avec Jean Camus (1877- 1955). Pour son œuvre gravé, elle expérimente plusieurs techniques de gravure dans son atelier et dans l’atelier de Hayter à Paris.

À partir de 1930, elle expose à Paris au Salon des Indépendants (sculptures et gravures de 1947 à 1954), Salon d'Automne, Salon des Tuileries, Salon de Mai (gravures en 1954, 1955, 1958, 1960 et 1962), Salon des Artistes Français...) et dans de grandes expositions collectives en Italie, en Allemagne et en Autriche, comme par exemple l'Exposition Internationale de la Médaille Actuelle en 1967 ou la Biennale internationale du Centro Dantesco di Ravenna de 1975 à 1983. La Société des artistes français lui attribue une médaille de bronze pour une statue en 1936 et une médaille d'argent pour un tableau de médailles en 1966.

Auteur de réflexions originales sur le dessin d'enfant, elle a organisé l'exposition "Dix ans d'art primitif" à Paris en 1960, en collaboration avec l’ethnologue Jacques-A Mauduit .

Enseignante d'une inlassable générosité, à l'école Sainte-Marie (à Passy, Paris 16e et à Neuilly) et dans son atelier dans le quartier des Ternes à Paris, elle a formé un grand nombre d'élèves dont Marie-Alix Carlander, Maud Greder, Olivier-Cyr Noël, Yves Salomon...

Œuvres (à compléter)[modifier | modifier le code]

  • Personnage se recueillant, sculpture en céramique vernissée, h : 62 cm[2]
  • Saint-Germain, sculpture en chêne, église de Toucy (Yonne) (1950)

Médailles émises par la Monnaie de Paris selon une maquette de Magdeleine Mocquot[modifier | modifier le code]

  • Sainte Alpais, mystique du cosmos
  • Tony Aubin
  • Claude Bernard
  • Hector Berlioz
  • Abbé Henri Brémond
  • François-René de Chateaubriand
  • Roger de Collerye, dit Bontemps
  • Jehan Cousin, père et fils
  • Guillaume du Fay
  • Paul Guiraud
  • Samuel Hahnemann et l'homéopathie
  • Sainte Hildegarde et la flore médicinale
  • Sainte Jacqueline de Settisoli
  • Jean Le Charlier, dit Gerson
  • Henri Leclerc et la phytothérapie
  • Guillaume de Machault
  • Roger Martin du Gard
  • Oscar Vladislas de Lubicz Milosz
  • Pierre Mocquot
  • Henri Mondor
  • Gustave Moreau
  • Alfred de Musset
  • Léon Noël
  • Marie Noël
  • Saint Parrès (Patrocle)
  • Saint Pie X
  • Giambattista della Porta
  • Jehan Régnier
  • Les van Eyck
  • J. Vermeer
  • André Vésale
  • Léon Warin, maître verrier
  • Le cirque
  • La chance est un oiseau qui attend l'oiseleur
  • Flore médicinale
  • Musique élisabéthaine
  • Proclamation de l'Indépendance des États-Unis
  • Quand je marche dans l'ombre de la vallée de la mort
  • Médaille de confirmation

Publications de Magdeleine Mocquot[modifier | modifier le code]

Le dessin d'enfant - Cahiers de Neuilly (1962)

L'auto-portrait de l'enfant - Bulletin de la Société française de psychopathologie de l’expression (SFPE) (1965)

Jehan Cousin - Bulletin de la société archéologique de Sens

L'autoportrait transposé, évolution de la représentation du cheval dans l'art occidental - Études psychopathologiques (1972)

Articles dans le Bulletin du club français de la médaille:

  • Vermeer et le portrait en double miroir (n°18 - 1968)
  • Vesale (n°24)
  • Jehan Cousin, le père et le fils, interprètes peu connus d'une époque (n°27)
  • Roger de Collerye (n° 33)
  • Jehan Régnier (n° 42)
  • Giambattista della Porta (n° 45 - 1974)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]