Mabile de Bellême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mabile (ou Mabel) Talvas de Bellême († 1077[1]) fut la femme de Roger II de Montgommery, puissant baron normand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mabile est la fille de Guillaume II Talvas et Hildeburge. Elle appartient donc à cette famille de Bellême, si honnie par le chroniqueur du XIIe siècle, Orderic Vital. Il ne faut donc pas s'attendre de la part de ce dernier à une description élogieuse. D'après Vital, Mabile a naturellement hérité des vices de son père auxquels il ajoute les défauts propres au sexe féminin selon les jugements de l'époque. Elle est « cruelle », « fourbe », « amorale », « arrogante », sans oublier « bavarde ».

Vers 1050, elle épouse l'un des plus importants seigneurs du duché de Normandie, Roger II de Montgommery, proche conseiller de Guillaume le Bâtard. Pour les chroniqueurs normands, cette union est voulue par le père de la mariée, Guillaume II Talvas, en recherche d'alliés après la perte de ses biens[2]. Pour les historiens actuels, ce mariage est surtout imposé par Guillaume le Bâtard qui se méfie des velléités d'indépendance de la famille de Bellême. En mariant l'héritière de la seigneurie de Bellême, Mabile, avec un de ses fidèles Roger II de Montgommery, le duc s'assure la tranquillité du sud de son duché. L'historien Lucien Musset renchérit : « ainsi, la plus puissante des familles seigneuriales du Maine entre-elle dans l'orbite de la Normandie »[3].

Le couple sera en effet fidèle à Guillaume. Comme le duc, ils fonderont ou restaureront plusieurs monastères : Almenèches, Troarn, Saint-Martin de Sées. Écoutés par Guillaume, ils obtiendront la disgrâce de plusieurs seigneurs : l'abbé d'Ouche, Robert de Grandmesnil et son frère Hugues de Grandmesnil, Raoul II de Tosny, Ernaud Fitz-Giroie. Orderic Vital voit là l'œuvre fourbe de Mabile. Toujours selon l'historien anglo-normand, la femme de Roger II de Montgommery aurait tenté d'empoisonner le même Ernauld Fitz-Giroie. Nouvel épisode de la lutte entre les familles Giroie et de Bellême.

Vers 1070, après la mort de son oncle, Yves, évêque de Sées, Mabile hérite probablement de la seigneurie de Bellême. En 1071 ou 1074, elle devient comtesse de Shrewsbury car son mari a été placé à la tête de ce comté anglais par le roi Guillaume le Conquérant.

La mort de Mabile en 1077, probablement au mois de décembre[1], est horrible : tandis qu'elle séjourne dans son château de Bures (près de Caen), un ami des Giroie, Hugues de Saugei et ses deux frères parviennent à s'introduire dans la forteresse et décapitent la femme. Ce châtiment habituellement masculin témoigne de la haine que pouvait susciter le personnage. Elle est enterrée à Troarn, dans le monastère qu'elle avait restauré avec son mari. Son épitaphe rapportée par Orderic Vital sous-entend le caractère énergique et terrible de cette femme : « son génie fut entreprenant, son esprit vigilant, son activité continuelle, son éloquence persuasive, sa sagesse prévoyante. Petite de taille, elle fut grande par ses vertus ; magnifique et somptueuse, elle aimait la parure. Elle fut le bouclier de sa patrie, le boulevard de sa frontière, et pour ses voisins, tantôt agréable, tantôt terrible »[4]. Sa date de décès a longtemps été acceptée comme étant 1082 à cause d'une note marginale dans une œuvre d'Orderic Vital[1].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Parents : Guillaume II Talvas et Hildeburge

Frère : Arnoul de Bellême

9 enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c J. F. A. Mason, « Montgomery, Roger de, first earl of Shrewsbury (d. 1094) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  2. Guillaume de Jumièges, Histoire des ducs de Normandie, éd. Guizot, Mancel, 1826, avec annotations d'Ordéric Vital et Robert de Thorigny, p. 188
  3. Lucien Musset, « l'État normand : croissance et apogée » dans Michel de Bouard, Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1970, p. 135.
  4. Orderic Vital, Histoire de la Normandie, éd. Guizot, tome 2, 1826, p. 398

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie :

Sources :