Mémoire de mes putains tristes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mémoire de mes putains tristes
Auteur Gabriel García Márquez
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Genre Roman
Version originale
Langue Espagnol
Titre Memoria de mis putas tristes
Éditeur Alfred A. Knopf
Lieu de parution New York
Date de parution 2004
Version française
Éditeur éditions Grasset[1]
Lieu de parution Paris
Date de parution 2005
ISBN 978-2246688419

Mémoire de mes putains tristes (Memoria de mis putas tristes) est un roman de langue espagnole, écrit par le romancier, nouvelliste et journaliste colombien Gabriel García Márquez, prix Nobel de littérature en 1982[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Au crépuscule de sa vie, un vieil érudit se remémore les jeunes filles prostituées qui ont ponctué de rencontres sans lendemain sa vie sexuelle. Delgadina, ainsi les prénomme-t-il toutes, celui qui jadis s'échappa d'un mariage castrateur. Delgadina, louée de façon intermittente par l'intermédiaire de Rosa Cabarcas, la patronne d'une maison close, reste donc âgée éternellement de quatorze ans, jeune fille apeurée livrant son corps nubile aux regards attendris de l'homme qui se transforme avec l'âge, mais dont la lubie reste inébranlable. De nombreuses jeunes filles se succèdent, toujours sous ce même nom, perdant leur identité et leur humanité, transies de peur.

Ode à la prostitution sur mineure, reflet d'un désir jamais illégitime, avec une prétendue abdication du pouvoir devant la puissance du corps de femmes non consentantes, Mémoires de mes putains tristes fut écrit après le scandale de l'affaire Lewinsky-Clinton, mettant l'accent poétique sur une utilisation fétichiste et ritualisée du corps de jeunes adolescentes, de préférence vierges.

Inspiration[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté au cinéma en 2011 par le réalisateur Henning Carlsen[4].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mémoire de mes putains tristes par Gabriel García Márquez. Traduction par Annie Morvan », sur grasset.fr, Éditions Grasset, (consulté le 28 avril 2018).
  2. (en) « The Nobel Prize in Literature 1982 Gabriel García Márquez », sur nobelprize.org, Nobel Prizes, (consulté le 29 avril 2018).
  3. Pierre Maury, « Douze nouvelles du déracinement Gabriel García Márquez », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  4. (es) « Memoria de mis putas tristes », sur filmotech.com, Filmotech, (consulté le 28 avril 2018).