Love Junkies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant un manga
Cet article est une ébauche concernant un manga.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Love Junkies
恋愛ジャンキー
(Ren-ai Junkies)
Type Seinen
Genre Ecchi
Manga
Auteur Kyo Hatsuki
Éditeur (ja) Akita Shoten
(fr) Taifu Comics
Prépublication Drapeau du Japon Young Champion
Sortie initiale 2000 – 2009
Volumes 26

Love Junkies (恋愛ジャンキー, Ren-ai Junkies?) est un manga écrit et dessiné par Kyo Hatsuki. Il a été prépublié dans le magazine Young Champion de l'éditeur Akita Shoten, et a été compilé en un total de 26 tomes. Le manga a été édité en France en intégralité par Taifu Comics, mais il n'est plus commercialisé[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce manga racontes des histoires d'amour et de sexe de différents personnages, plus particulièrement celle d'Eitarô Sakakibara et de Okaku.

Personnages[modifier | modifier le code]

Eitarô Sakakibara
Il est un employé de l'agence de publicité "First Agency"[2]. Après s'être fait dépuceler par Maiko, il connaît ensuite un succès croissant avec les membres de la gent féminine.
Teruyoshi Obi
Colocataire, collègue de travail et ami d'enfance[3] d'Eitarô.
Maiko Shiina
Travaille pour l'agence d'assurances vies "Nikkori"[4]. Elle n'hésite pas à utiliser ses charmes pour faire signer des contrats à ses clients. Eitarô fait partie d'entre eux.
Miho Ide
Étudiante qu'Eitarô sur le net (Grâce à Obi, néanmoins[5].). Elle entretient une correspondance avec Eitarô sur internet.
Gauleman
Allégorie de la libido d'Eitarô. Il est traité comme un personnage à part.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche technique de Love Junkies », sur http://www.manga-news.com/
  2. Volume1, Scène 1, Page 5
  3. Volume1, Scène 1, Page 7
  4. Volume1, Scène 1, Page 22
  5. Volume1, Scène 1, Page 9